DBB
Un article de Wikip√?¬©dia, l'encyclop√?¬©die libre.
Aller √?¬† : Navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas √?¬™tre confondu avec Maurice.
Ic√?¬īne de paronymie Cet article poss√?¬®de un paronyme ; voir : Maur√?¬©tanie.

R√?¬©publique islamique de Mauritanie

√?¬ß√?¬?√?¬¨√?¬?√?¬?√?¬?√?¬Ī√?¬?√?¬© √?¬ß√?¬?√?¬•√?¬≥√?¬?√?¬ß√?¬?√?¬?√?¬© √?¬ß√?¬?√?¬?√?¬?√?¬Ī√?¬?√?¬™√?¬ß√?¬?√?¬?√?¬© (ar)

Drapeau
Drapeau de la Mauritanie.
Blason
Sceau de la Mauritanie.
Description de l'image  Mauritania (orthographic projection).svg.
Devise nationale √?¬ī√?¬Ī√?¬Ā √?¬•√?¬ģ√?¬ß√?¬° √?¬Ļ√?¬Į√?¬ß√?¬?√?¬©
Honneur Fraternit√?¬© Justice
Hymne national Nachid al-watani
(l'hymne au pays)
Administration
Forme de l'√?¬?tat R√?¬©publique
Pr√?¬©sident de la R√?¬©publique Mohamed Ould Abdel Aziz
Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf
Langues officielles arabe (officielle), fran√?¬ßais (administrative), berb√?¬®re-zenaga (populaire), arabe-hassaniya (populaire)
Le peul, le sonink√?¬© et le wolof ont le statut de langues nationales)
Capitale Nouakchott

18√?¬į 05√ʬ?¬≤ N 15√?¬į 58√ʬ?¬≤ O√Į¬Ľ¬Ņ / √Į¬Ľ¬Ņ18.083, -15.967√Į¬Ľ¬Ņ / 18.083; -15.967

G√?¬©ographie
Plus grande ville Nouakchott
Superficie totale 1 030 700 km2
(class√?¬© 29e)
Superficie en eau N√?¬©gligeable
Fuseau horaire UTC +0
Histoire
Ind√?¬©pendance de la France
Date 28 novembre 1960
D√?¬©mographie
Gentil√?¬© Mauritanien(ne)s
Population totale (2012) 3 359 1851 hab.
(class√?¬© 131e)
Densit√?¬© 3 hab./km2
√?¬?conomie
Monnaie Ouguiya (MRO√ʬ?¬?)
Divers
Code ISO 3166-1 MRT, MR√ʬ?¬?
Domaine Internet .mr
Indicatif t√?¬©l√?¬©phonique +222
Organisations internationales ONU (27 octobre 19612)

La Mauritanie, en forme longue la R√?¬©publique islamique de Mauritanie (en arabe: √?¬ß√?¬?√?¬¨√?¬?√?¬?√?¬?√?¬Ī√?¬?√?¬© √?¬ß√?¬?√?¬•√?¬≥√?¬?√?¬ß√?¬?√?¬?√?¬© √?¬ß√?¬?√?¬?√?¬?√?¬Ī√?¬?√?¬™√?¬ß√?¬?√?¬?√?¬©, en berb√?¬®re: Muritanya ou Agawej) est un pays situ√?¬© dans le nord-ouest de l√ʬ?¬?Afrique. La Mauritanie fait partie de l' Union africaine, l'Union du Maghreb arabe, de la Ligue arabe et de l'OMVS. Elle est situ√?¬©e sur la c√?¬īte nord-ouest du continent et se situe entre 15 et 27 degr√?¬©s de latitude nord et 5 et 17 degr√?¬©s de longitude ouest.

Elle poss√?¬®de une c√?¬īte de 600 km sur l'oc√?¬©an Atlantique s'√?¬©tirant de Ndiago au sud jusqu'√?¬† Nouadhibou au nord. Au nord, elle est limitrophe de l'Alg√?¬©rie et du Sahara occidental, du Mali √?¬† l'est, et du S√?¬©n√?¬©gal au sud.

La Mauritanie constitue un point de passage entre l'Afrique du Nord et l'Afrique noire. Elle est peupl√?¬©e d'Arabes originaires du Nord du continent, de Haratins, de Peuls, de Wolofs et de Sonink√?¬©s.

Son nom lui vient de la Maur√?¬©tanie romaine qui concernait la partie nord du Maghreb actuel. La capitale de l'actuelle Mauritanie est Nouakchott.

Le terme √?¬ę Mauritanie occidentale √?¬Ľ, appliqu√?¬© en d√?¬©cembre 1899 par Xavier Coppolani √?¬† une partie de l√ʬ?¬? √?¬ę ensemble mauritanien √?¬Ľ, supplante progressivement d√ʬ?¬?autres noms : le √?¬ę Chinguett √?¬Ľ √?¬ę √?¬ī√?¬?√?¬?√?¬?√?¬∑ √?¬Ľ connu de l√ʬ?¬?orient arabe, le √?¬ę Sahara occidental √?¬Ľ des explorateurs europ√?¬©ens ou Ard el Bidhane des populations locales.

G√?¬©ographie | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : G√?¬©ographie de la Mauritanie.
Image satellite de la Mauritanie
Topographie de la Mauritanie

La Mauritanie est un pays de l'Afrique de l'ouest. Sa superficie est de 1 030 700 km2.

Elle poss√?¬®de des fronti√?¬®res avec l'Alg√?¬©rie (463 km), le Sahara occidental (1 561 km), le Mali (2 237 km) et le S√?¬©n√?¬©gal. Celles-ci ont √?¬©t√?¬© trac√?¬©es par les colonisateurs fran√?¬ßais, ce qui explique les lignes droites, sauf pour le fleuve S√?¬©n√?¬©gal qui constitue une fronti√?¬®re naturelle entre la Mauritanie et le S√?¬©n√?¬©gal. Elle est bord√?¬©e √?¬† l'ouest par l'oc√?¬©an Atlantique (700 km).

La Mauritanie se divise en quatre r√?¬©gions naturelles :

  • Le long de la c√?¬īte atlantique s√ʬ?¬?√?¬©tend un grand d√?¬©sert sablonneux, le Sahara.
  • La r√?¬©gion centrale est parsem√?¬©e de plateaux escarp√?¬©s : √?¬† l√ʬ?¬?est s√ʬ?¬?ouvrent de larges cuvettes dunaires.
  • Le fleuve S√?¬©n√?¬©gal a creus√?¬© une vall√?¬©e le long de la fronti√?¬®re sud du pays.
  • La Mauritanie est √?¬©galement travers√?¬©e par le Karakoro.

L'est est constitu√?¬© de zones de p√?¬Ęturage, alors que le sud constitue la zone agricole gr√?¬Ęce aux alluvions du fleuve S√?¬©n√?¬©gal.

La majorit√?¬© du territoire se trouve dans le d√?¬©sert du Sahara avec des plaines et des reliefs peu accident√?¬©s avec quelques regs (roches). Pourtant au Nord, il existe de hauts plateaux avec un sommet √?¬† 915 m d'altitude : le mont Kedia d'Idjil. Dans le centre du pays, la cuvette du Hodh est bord√?¬©e au sud-est par des plateaux gr√?¬©seux (Adrar, Tagant). La fa√?¬ßade maritime a une longue bande de dunes de sable.

Climat | modifier le code

Rue de Chinguetti : niveau atteint par l'ensablement (env. 2,80 m) avant l'intervention de 2003

Son climat est extr√?¬™mement aride, ce qui explique la faible densit√?¬© de population. De plus, des s√?¬©cheresses successives ont accentu√?¬© la d√?¬©sertification du pays.

Les √?¬©carts de temp√?¬©rature peuvent √?¬™tre tr√?¬®s importants entre le jour et la nuit. Les temp√?¬©ratures sont plus temp√?¬©r√?¬©es sur la c√?¬īte gr√?¬Ęce aux vents venant du large et la r√?¬©gion du fleuve est plus humide.

Un vent de sable chaud balaye parfois des r√?¬©gions, ensevelissant des cultures, voire des villages qui luttent contre l'avanc√?¬©e du d√?¬©sert.

Il existe trois saisons :

  • novembre √?¬† avril : saison des vents de sable avec une temp√?¬©rature temp√?¬©r√?¬©e le jour et fra√?¬ģche la nuit ;
  • mai √?¬† juillet : l'harmattan, vent du nord-est, souffle un air chaud et sec. Les temp√?¬©ratures sont √?¬©lev√?¬©es ;
  • ao√?¬Ľt √?¬† octobre : c'est l'hivernage avec des orages et des pluies courtes mais abondantes. Le climat est alors tr√?¬®s humide avec des temp√?¬©ratures de l'ordre de 45√?¬į. L'hygrom√?¬©trie se situe entre 50 et 70 %.

Environnement | modifier le code

L'Adrar
  • Flore
  • parcs nationaux

Le plus grand parc national mauritanien, en termes de surface et de paysages, est le Parc national du banc d'Arguin3. Il pr√?¬©sente un paysage extr√?¬™mement contrast√?¬©, entre d√?¬©sert et oc√?¬©an, ainsi qu'un riche patrimoine naturel. Le banc d'Arguin est √?¬©galement un site exceptionnel pour la reproduction des oiseaux migrateurs europ√?¬©ens ; √?¬† ce titre il a √?¬©t√?¬© inscrit sur la liste Ramsar. Le Parc national du banc d'Arguin est √?¬©galement class√?¬© au patrimoine mondial de l'Unesco.

  • WWF

G√?¬©ographie humaine | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Villes de Mauritanie.
  • Urbanisation

G√?¬©ographie administrative | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Subdivisions de la Mauritanie.

La Mauritanie est divis√?¬©e en 12 wilayas, auxquelles s'ajoute le district de la capitale Nouakchott.

Histoire | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Histoire de la Mauritanie.

Pr√?¬©histoire | modifier le code

Gravures rupestres

De nombreuses peintures pari√?¬©tales ou gravures rupestres, au fond de grottes ou sur des falaises, t√?¬©moignent de pr√?¬©sence humaine pr√?¬©historique sur l'actuel territoire mauritanien. L'environnement a donc √?¬©t√?¬© diff√?¬©rent de ce que l'on conna√?¬ģt actuellement : autrefois, la Mauritanie n'√?¬©tait pas un d√?¬©sert mais une r√?¬©gion humide avec des cours d'eau et du gibier.

Des bifaces t√?¬©moignent des d√?¬©buts de la pr√?¬©sence de l'homme, au Pal√?¬©olithique inf√?¬©rieur. Ces outils acheul√?¬©ens changent de formes, deviennent ovales, triangulaires puis sont accompagn√?¬©s de hachereaux (outil √?¬† biseau tranchant r√?¬©alis√?¬© sur √?¬©clat massif). C'est dans l'Adrar et plus particuli√?¬®rement √?¬† Aghmakou et El Beyyed que l'on peut se rendre compte de ces √?¬©volutions4.

Des grattoirs, pointes, racloirs moust√?¬©riens nous parviennent du Pal√?¬©olithique moyen. Au nord de la Mauritanie actuelle, l'At√?¬©rien qui venait sans doute d'Afrique du Nord, nous apporte des outils am√?¬©lior√?¬©s avec une extr√?¬©mit√?¬© transform√?¬©e en p√?¬©doncule pouvant √?¬™tre emmanch√?¬©. Les humains anatomiquement modernes du Pal√?¬©olithique sup√?¬©rieur s'√?¬©tablissent sur la c√?¬īte atlantique vers la baie du L√?¬©vrier.

Au d√?¬©but du N√?¬©olithique, l'At√?¬©rien dispara√?¬ģt avec l'arriv√?¬©e de population du nord de l'Afrique. La pr√?¬©sence humaine est attest√?¬©e au N√?¬©olithique par des habitats structur√?¬©s pendant deux mill√?¬©naires dans la r√?¬©gion du Dhar Tichitt5. Des pointes de fl√?¬®ches ont √?¬©galement √?¬©t√?¬© retrouv√?¬©es.

Des populations noires du Bafour, en partie s√?¬©dentaires, se sont √?¬©tablies en Mauritanie, plus particuli√?¬®rement dans la r√?¬©gion de l'Atar. Ils √?¬©taient chasseurs-p√?¬™cheurs puis ils ont d√?¬©velopp√?¬© une civilisation agro-pastorale. Ensuite le Sahara s'est √?¬©tendu, d'autres populations venant de l'est sont parvenues dans cette r√?¬©gion comme les Peuls (des pasteurs qui suivent leurs troupeaux) ainsi que d'autres nomades du nord qui sont venus d√?¬®s le premier mill√?¬©naire avec leur dromadaires.

Les empires | modifier le code

L√ʬ?¬?empire du Ghana √ʬ?¬? peupl√?¬© de noirs (Sonink√?¬©s) √ʬ?¬? qui avait pour capitale Koumbi Saleh (dans le Hodh Ech Chargui), est ant√?¬©rieur aux premiers Cap√?¬©tiens de France.


Le mouvement religieux musulman de rite mal√?¬©kite almoravide form√?¬© par des tribus berb√?¬®res Sanhadja (nomadisant entre le Nord de l'actuel S√?¬©n√?¬©gal, l'actuelle Mauritanie et le Sud de l'actuel Maroc) est n√?¬© sur les rives du fleuve Zenaga (fleuve S√?¬©n√?¬©gal) ou sur les rivages de l√ʬ?¬?Atlantique. Ce mouvement religieux a donn√?¬© un empire Almoravide contemporain et rival de l'empire du Ghana. Au Xe si√?¬®cle, il unifiera certains peuples de l'Adrar et √?¬©tendra, au XIe, sa domination sur l'empire du Ghana (victoire sur les villes Aoudaghost et Koumbi Saleh). Au XIIe, la Mauritanie devient province de deux empires : l'empire du Mali et l'empire songha√?¬Į.

Au XII e si√?¬®cle, la ville de Tichit est fond√?¬©e. Cette cit√?¬© qui allie le savoir au commerce contribue substantiellement au rayonnement de la r√?¬©gion du Maghreb et de l'ouest africain fra√?¬ģchement islamis√?¬©.

Au XIVe si√?¬®cle, plusieurs villes comme Oualata, Chinguetti, Ouadane se d√?¬©veloppent.

Islamisation et arabisation | modifier le code

Au XVe si√?¬®cle, l√ʬ?¬?arriv√?¬©e des Arabes Beni Hassane (ou tribu des Hassanes) venus de Haute-√?¬?gypte se fixent dans le Nord et combattent les tribus sanhadjas. Ils vont influencer la structure sociale et la composition ethnique de la soci√?¬©t√?¬© mauritanienne, r√?¬©pandre progressivement la langue arabe, ou leur langue courante d√?¬©riv√?¬©e de l'arabe dite encore hassaniyya et dicter, jusqu√ʬ?¬?√?¬† l√ʬ?¬?occupation fran√?¬ßaise, les rapports de force par l√ʬ?¬?√?¬©mergence de leurs √?¬©mirats √?¬† c√?¬īt√?¬© de l√ʬ?¬?√?¬©mirat des Idawiich. Les √?¬©mirats qui bordaient le S√?¬©n√?¬©gal √ʬ?¬? ou √?¬ę Tass maures √?¬Ľ riverains du fleuve selon les terminologies usit√?¬©es par les gouverneurs fran√?¬ßais du S√?¬©n√?¬©gal √ʬ?¬? croiseront longtemps le fer avec les autorit√?¬©s de cette colonie. Au XVIIe si√?¬®cle, les tribus Maghfra et Zouaya vont se combattre pendant pr√?¬®s de 30 ans avant de constituer un nouvel √?¬?tat mauritanien. Un foyer de culture islamique va √?¬©merger avec de nouvelles villes florissantes telles que Tinigui, Tidjikja, Ksar el Barka, Rachid. Les tribus g√?¬®rent des r√?¬©gions et c'est ainsi que des √?¬©mirats tels que le Trarza, le Brakna, le Tagant et l'Adrar arriveront √?¬† se maintenir.

D'autres empires √?¬† domination musulmane vont s'√?¬©tablir dans le sud tels que l'empire peul du Fouta-Toro ou l'empire du Oualo. Ces empires seront souvent en guerre avec les √?¬©mirats du nord.

La colonisation | modifier le code

Fort colonial d'Arguin (1721)

La br√?¬®ve colonisation de la Mauritanie peut √?¬™tre pr√?¬©sent√?¬©e par cette chronologie :

  • 1902 : d√?¬©but de la p√?¬©n√?¬©tration coloniale.

l'arr√?¬™t√?¬© du 10 avril 1904 pronon√?¬ßant l'√?¬©clatement du cercle de Kayhayzi et le rattachement de sa rive droite au nouveau "Protectorat des Pays Maures"

  • 1903 : la Mauritanie est dite √?¬ę protectorat des pays maures √?¬Ľ.
  • 1904 : rattachement de la rive droite du Fleuve S√?¬©n√?¬©gal au "Protectorat des pays Maures".
  • 1920 : la Mauritanie est d√?¬©cr√?¬©t√?¬©e colonie fran√?¬ßaise.
  • 1934 : fin de la r√?¬©sistance arm√?¬©e.
  • 1945 : la Mauritanie est territoire d√ʬ?¬?outre-mer de l√ʬ?¬?union fran√?¬ßaise.
  • 1957 : la Mauritanie b√?¬©n√?¬©ficie de la loi-cadre (dite loi Deferre).
  • 1958 : autonome, la R√?¬©publique islamique est proclam√?¬©e le 28 novembre.
  • 1960 : le 28 novembre, l√ʬ?¬?ind√?¬©pendance nationale est octroy√?¬©e en vertu des accords franco-mauritanien de restitution de souverainet√?¬©.
La capitale Saint-Louis vue de la mer (1814)
Naufrage de la M√?¬©duse au banc d'Arguin en 1816

Les Portugais avaient d√?¬©j√?¬† eu des contacts avec les habitants du banc d'Arguin. Le commerce de la gomme au nord du S√?¬©n√?¬©gal se d√?¬©veloppe. Le fort Portendick au nord de l'estuaire du fleuve S√?¬©n√?¬©gal ainsi que la vall√?¬©e du S√?¬©n√?¬©gal deviennent une r√?¬©gion servant de base √?¬† l'expansion √?¬©conomique des colonies. Faidherbe consid√?¬®re que les √?¬©mirats sont source d'ins√?¬©curit√?¬© et commence d'abord par annexer l'empire du Oualo avant de conqu√?¬©rir l'autre rive du fleuve. Les peuples maures du Trarza tentent d'instaurer une paix entre les tribus, mais d√?¬®s 1899 l'administrateur Coppolani instituera une Mauritanie occidentale, tout en reconnaissant en 1900 les int√?¬©r√?¬™ts des Espagnols √?¬©tablis au cap Blanc.

Le protectorat fran√?¬ßais s'impose aux √?¬©mirats. La forte r√?¬©sistance du nord est combattue par les Fran√?¬ßais qui s'√?¬©tablissent dans l'Adrar en 1908 puis au Hodh en 1911. Les fronti√?¬®res sont fix√?¬©es √?¬† la suite d'un accord franco-espagnol. En 1920, la Mauritanie devient une des colonies de l'Afrique-Occidentale fran√?¬ßaise (AOF). 1934 est l'ann√?¬©e qui sonne le glas de la r√?¬©sistance, puis 1936 marque l'ach√?¬®vement de l'occupation militaire de la Mauritanie.

Il n'y aura pratiquement pas de d√?¬©veloppement du pays et juste une domination militaire en se servant des chefs traditionnels afin de s√?¬©curiser le territoire (les antagonismes entre les diff√?¬©rentes tribus seront utilis√?¬©es avec profit par les Fran√?¬ßais). Ce sera Saint-Louis du S√?¬©n√?¬©gal √ʬ?¬? capitale de l'AOF et du S√?¬©n√?¬©gal √ʬ?¬? qui sera donc la capitale administrative de la Mauritanie. Il faudra attendre l'ind√?¬©pendance pour voir s'√?¬©riger des installations portuaires ou des a√?¬©roports. Durant cette p√?¬©riode, les populations nomades deviennent de plus en plus pauvres.

En novembre 1945 les S√?¬©n√?¬©galais Lamine Gueye et L√?¬©opold S√?¬©dar Senghor sont √?¬©lus d√?¬©put√?¬©s de la circonscription r√?¬©unissant le S√?¬©n√?¬©gal et la Mauritanie.

En 1946, la Mauritanie acc√?¬®de au statut de territoire d'outre-mer et le 10 novembre 1946, Ahmeddou Ould Horma Ould Babana devient le premier d√?¬©put√?¬© mauritanien. Cela permet d√?¬®s 1948, le d√?¬©veloppement d'une √?¬©lite et de partis politiques. La loi-cadre Gaston Deferre du 23 juin 1956 permet la cr√?¬©ation d'un pouvoir ex√?¬©cutif local dont la mise en place est confi√?¬©e √?¬† un avocat Mokhtar Ould Daddah.

La Mauritanie ind√?¬©pendante | modifier le code

Apr√?¬®s le r√?¬©f√?¬©rendum de 1958, la Constitution mauritanienne adopt√?¬©e l'ann√?¬©e suivante instaure un r√?¬©gime parlementaire. L'ind√?¬©pendance est proclam√?¬©e le 28 novembre 1960. Le pays est reconnu officiellement par l'Organisation des Nations unies (ONU) le 27 octobre 1961 et devient membre fondateur de l'Organisation de l'unit√?¬© africaine (OUA) en 1963.

Mokhtar Ould Daddah (1960-1978)

Reprendre l'√?¬?uvre inachev√?¬©e de l'unification des diverses ethnies est l'objectif premier de cette jeune r√?¬©publique. Son pr√?¬©sident Mokhtar Ould Daddah devra s'imposer face aux dissensions internes et l'influence de ses voisins tels que le Maroc ou l'Alg√?¬©rie. En ao√?¬Ľt 1966, il est r√?¬©√?¬©lu √?¬† la pr√?¬©sidence. Il est confront√?¬© √?¬† une contestation syndicale marxiste et mao√?¬Įste qui finit par int√?¬©grer l'unique parti au pouvoir quelques ann√?¬©es plus tard en 1975.

Le partage du Sahara occidental entre le Maroc et la Mauritanie va g√?¬©n√?¬©rer de graves crises pour le pays. Le conflit avec le front Polisario soutenu par l'Alg√?¬©rie plonge la Mauritanie dans une mis√?¬®re noire (et une famine √?¬† cause de la s√?¬©cheresse de 1978). Malgr√?¬© le soutien de l'arm√?¬©e fran√?¬ßaise bas√?¬©e √?¬† Dakar en d√?¬©cembre 1977, les attaques de villes dans le nord et m√?¬™me de la capitale Nouackchott par le front Polisario finissent par pousser les militaires mauritaniens √?¬† d√?¬©poser le pr√?¬©sident Mokhtar Ould Daddah en 1978.

Moustapha Ould Mohamed Saleck, Mohamed Mahmoud Ould Ahmed Louly et Mohamed Khouna Ould Haidalla (1978-1984)

Le 10 juillet 1978, le lieutenant-colonel Moustapha Ould Mohamed Saleck acc√?¬®de au pouvoir. Le Comit√?¬© militaire de redressement national signe un cessez-le-feu avec le front Polisario. Ce nouveau dirigeant est en proie √?¬† des luttes intestines qui ont conduit, le 6 avril 1979, √?¬† des modifications transf√?¬©rant la r√?¬©alit√?¬© du pouvoir √?¬† un nouveau premier ministre le lieutenant-colonel Ahmed Ould Bouceif. Moustapha Ould Mohamed Saleck conserve toutefois son poste de chef de l√ʬ?¬?√?¬©tat. Un Comit√?¬© militaire de Salut National est cr√?¬©√?¬©. √?¬? la suite de la mort du premier ministre Ahmed Ould Bouceif dans un accident d'avion le 2 juin 1979, une nouvelle direction est mise en place, Mohamed Mahmoud Ould Ahmed Louly devient chef de l√ʬ?¬?√?¬©tat et Mohamed Khouna Ould Haidalla premier ministre. Un accord de paix est sign√?¬© avec le front Polisario et la Mauritanie se retire du Sahara occidental. Le 4 janvier 1980, √?¬† la suite d'une nouvelle restructuration au sein du Comit√?¬© Militaire de Salut National, Mohamed Khouna Ould Haidalla devient chef de l√ʬ?¬?√?¬©tat. Divers putschs sont d√?¬©jou√?¬©s, tandis que l'opposition ne cesse de se d√?¬©velopper.

Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya (1984-2005)

Le 12 d√?¬©cembre 1984, le colonel Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya, chef d'√?¬©tat major des arm√?¬©es √ʬ?¬? Premier ministre (1981-1984) et ministre de la D√?¬©fense √ʬ?¬? acc√?¬®de au pouvoir par un coup d'√?¬?tat avec l'aide du Comit√?¬© militaire de salut national dont il est pr√?¬©sident. Il lib√?¬©ralise l'√?¬©conomie, permet l'organisation des √?¬©lections au niveau r√?¬©gional et d√?¬©partemental. En 1991, il proclame une nouvelle Constitution, instaure le multipartisme et cr√?¬©√?¬© le Parti r√?¬©publicain d√?¬©mocratique et social (PRDS). En 1992, il est √?¬©lu pr√?¬©sident de la R√?¬©publique, puis r√?¬©√?¬©lu en 1997, malgr√?¬© de fortes contestations sur l'√?¬©tat des libert√?¬©s dans le pays. Crise √?¬©conomique et corruption emp√?¬™cheront le processus de d√?¬©mocratisation d'arriver √?¬† sa fin.

Ely Ould Mohamed Vall (2005-2007)

Le 3 ao√?¬Ľt 2005, l'arm√?¬©e, au travers du Conseil militaire pour la justice et la d√?¬©mocratie (CMJD), prend le pouvoir pour, officiellement, √?¬ę mettre fin au r√?¬©gime totalitaire du pr√?¬©sident Taya et mettre en place de v√?¬©ritables institutions d√?¬©mocratiques √?¬Ľ. Ce putsch a lieu alors que le pr√?¬©sident est sur le chemin du retour de Riyad o√?¬Ļ il avait assist√?¬© la veille aux fun√?¬©railles du roi Fahd d'Arabie saoudite. Apr√?¬®s un court s√?¬©jour au Niger et en Gambie, ce dernier se r√?¬©fugie au Qatar o√?¬Ļ il obtient r√?¬©sidence permanente.

Le nouvel homme fort du pays, le colonel Ely Ould Mohamed Vall, a √?¬©t√?¬© l'un des plus fid√?¬®les compagnons de route du pr√?¬©sident d√?¬©chu. En effet, responsable de la S√?¬Ľret√?¬© nationale (police mauritanienne) pendant 18 ans, il √?¬©tait √?¬† la base de toutes les politiques de r√?¬©pressions successives. Le 21 avril 2006, il autorise l'ex-pr√?¬©sident Maaouiya Ould Taya, en exil au Qatar, √?¬† revenir dans son pays, lui interdisant toutefois de participer aux √?¬©lections pr√?¬©vues dans le cadre d'une transition d√?¬©mocratique jusqu'en 2007. L'ex-pr√?¬©sident Maaouiya Ould Taya n'a toutefois pas regagn√?¬© la Mauritanie.

Conform√?¬©ment √?¬† ses engagements formul√?¬©s lors de sa prise de pouvoir, Ely Ould Mohamed Vall ne se pr√?¬©sente pas √?¬† l√ʬ?¬?√?¬©lection pr√?¬©sidentielle de mars 2007, ainsi que tous les militaires qui avaient particip√?¬© au coup d'√?¬?tat. Aucun des candidats en lice ne pourra obtenir 50 % des suffrages lors du premier tour. Un second tour a lieu le 25 mars 2007.

Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi (2007-2008)

Le nouveau pr√?¬©sident de la R√?¬©publique √?¬©lu lors de ces √?¬©lections est Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. Il pr√?¬™te serment le 19 avril 2007. C'est le premier civil, depuis pr√?¬®s de 30 ans, √?¬©lu d√?¬©mocratiquement sans fraude massive depuis l'ind√?¬©pendance de la Mauritanie. Un vent d'espoir souffle sur le pays : les m√?¬©dias sont plus libres et de nouvelles organisations politiques sont accept√?¬©es dont un parti islamiste. Mais des √?¬©meutes √?¬† cause de la baisse du pouvoir d'achat et l'augmentation de l'ins√?¬©curit√?¬© dans le pays affaiblissent le pouvoir du pr√?¬©sident6.

Le Premier ministre est Zeine Ould Zeidane mais le 6 mai 2008, il annonce sa d√?¬©mission ainsi que celle de tout son cabinet7. Le 11 mai 2008, le Premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghf forme son premier gouvernement d'ouverture avec des personnalit√?¬©s de l'entourage du pr√?¬©sident d√?¬©chu, ce qui sera peu appr√?¬©ci√?¬© par les militaires qui √?¬©taient √?¬† l'origine du putsch de 2005 sans oublier l'entr√?¬©e de deux membres islamistes. Trois femmes, dont deux du pr√?¬©c√?¬©dent gouvernement, rejoignent ce cabinet. Mais une motion de censure est d√?¬©pos√?¬©e par des d√?¬©put√?¬©s, le 30 juin 2008. Cette motion n'aboutira pas puisque le gouvernement d√?¬©missionnera.

Apr√?¬®s trois semaines de crise constitutionnelle, le Premier ministre, reconduit dans ses fonctions, compose un nouveau cabinet renouvel√?¬© par moiti√?¬© mais sans ouverture vers l'opposition ni vers la deuxi√?¬®me force politique du pays qui faisait pourtant partie de la majorit√?¬© pr√?¬©sidentielle. Les anciens membres du gouvernement qui semblaient √?¬™tre source de conflit entre le pr√?¬©sident Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et les militaires ont √?¬©t√?¬© √?¬©cart√?¬©s afin de permettre le retour √?¬† un apaisement mais les membres inconnus du public semblent susciter encore des interrogations8.

Le g√?¬©n√?¬©ral Mohamed Ould Abdel Aziz (2009)
Mohamed Ould Abdel Aziz (depuis 2008)

Lors du coup d'√?¬?tat militaire du 6 ao√?¬Ľt 2008, le pr√?¬©sident de la R√?¬©publique et le Premier ministre sont arr√?¬™t√?¬©s et d√?¬©pos√?¬©s √?¬† la suite du renvoi de quatre des plus importants officiers militaires du pays9,10. Le rapporteur de la pr√?¬©sidence annonce que le pr√?¬©sident Sidi Ould Cheikh Abdallahi est d√?¬©tenu au palais des congr√?¬®s de Nouakchott. Le nouveau ma√?¬ģtre du pays est le g√?¬©n√?¬©ral Mohamed Ould Abdel Aziz qui pr√?¬©side un Haut Conseil d'√?¬?tat et promet d'organiser une rapide √?¬©lection pr√?¬©sidentielle. Le 13 ao√?¬Ľt 2008, il nomme un nouveau Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf.

Apr√?¬®s avoir d√?¬©missionn√?¬© de l'arm√?¬©e, il abandonne la charge de chef de l'√?¬?tat le 15 avril 2009 au pr√?¬©sident du S√?¬©nat Ba Mamadou dit M'Bar√?¬© afin de pouvoir se pr√?¬©senter √?¬† l'√?¬©lection pr√?¬©sidentielle, pr√?¬©vue en juin, qui se tient finalement le 18 juillet. √?¬?lu avec 52,5 % des voix, il entre officiellement en fonction le 5 ao√?¬Ľt.

Le premier semestre de l'ann√?¬©e 2011 est marqu√?¬© par l√ʬ?¬?extension du printemps arabe en Mauritanie, avec une vague sans pr√?¬©c√?¬©dents de gr√?¬®ves, manifestations et revendications politiques.

Article d√?¬©taill√?¬© : Contestation en Mauritanie en 2011.

Politique | modifier le code

Articles d√?¬©taill√?¬©s : Politique en Mauritanie et Gouvernement de la Mauritanie.

Politique int√?¬©rieure | modifier le code

La Constitution de la R√?¬©publique islamique de Mauritanie date du 20 juillet 1991. Elle rappelle dans son pr√?¬©ambule son attachement √?¬† l'islam et aux principes d√?¬©mocratiques tels que d√?¬©finis dans la D√?¬©claration universelle des droits de l'homme ainsi que dans la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples11.

  • Divers articles illustrent l'importance donn√?¬©e √?¬† l'islam dans la Constitution :
    • √?¬ę La Mauritanie est une R√?¬©publique islamique12 √?¬Ľ ;
    • √?¬ę L'Islam est la religion du peuple et de l'√?¬?tat13 √?¬Ľ ;
    • √?¬ę Le chef de l'√?¬?tat est de religion musulmane14 √?¬Ľ.
  • Le pr√?¬©sident de la R√?¬©publique15 est le chef de l'√?¬?tat. Il est le gardien des institutions, garant de l'ind√?¬©pendance de la nation et de l'int√?¬©grit√?¬© du territoire. Il est √?¬† la t√?¬™te de l'ex√?¬©cutif et pr√?¬©side le conseil des ministres. Il est √?¬©lu pour six ans au suffrage universel direct et √?¬† la majorit√?¬© absolue (sinon organisation d'un second tour). Durant les √?¬©lections pr√?¬©sidentielles, le suffrage est universel, √?¬©gal et secret16. Les candidats doivent √?¬™tre √?¬Ęg√?¬©s d'au moins 40 ans et doivent d√?¬©poser leur dossier de candidature au Conseil constitutionnel. Il nomme le Premier ministre. Il peut dissoudre l'assembl√?¬©e nationale. Il a le pouvoir de promulguer les lois. Il est √?¬©galement le chef supr√?¬™me des arm√?¬©es. Apr√?¬®s consultation de son Premier ministre, des pr√?¬©sidents des deux assembl√?¬©es et du Conseil constitutionnel, le pr√?¬©sident peut prendre des mesures exceptionnelles si le pays est menac√?¬© et que les institutions ne sont plus en mesure de fonctionner.
  • Le Parlement17 est compos√?¬© de deux chambres : l'Assembl√?¬©e nationale et le S√?¬©nat. Elles repr√?¬©sentent le pouvoir l√?¬©gislatif. Le Parlement peut √?¬™tre r√?¬©uni en session extraordinaire par d√?¬©cret du pr√?¬©sident de la r√?¬©publique. Le Parlement se r√?¬©unit de plein droit deux fois dans l'ann√?¬©e en session ordinaire (une en novembre et une en mai). Pendant ces sessions les membres du parlement b√?¬©n√?¬©ficient d'une immunit√?¬© (sauf lev√?¬©e par leur assembl√?¬©e respective) et ne peuvent √?¬™tre poursuivis ou arr√?¬™t√?¬©s en mati√?¬®re criminelle ou correctionnelle. C'est le Parlement qui vote la loi mais il peut autoriser le gouvernement (en accord avec le pr√?¬©sident) √?¬† prendre des mesures qui sont du domaine de la loi. L'initiative des lois et le droit d'amendement appartiennent bien concurremment au gouvernement et au Parlement18.
    • Les d√?¬©put√?¬©s sont √?¬©lus pour 5 ans au suffrage direct. Il faut avoir au moins 25 ans ;
    • Les s√?¬©nateurs sont √?¬©lus pour 6 ans au suffrage indirect et sont renouvel√?¬©s par tiers tous les deux ans. Il faut avoir au moins 35 ans.
  • Le Conseil constitutionnel19 : compos√?¬© de 6 membres pour un mandat de 9 ans non renouvelable. Il se renouvelle par tiers tous les 3 ans. Le Conseil constitutionnel veille √?¬† la r√?¬©gularit√?¬© des √?¬©lections ou r√?¬©f√?¬©rendum et examine toute r√?¬©clamation. Il proclame les r√?¬©sultats. Les lois, lois organiques, r√?¬®glements des assembl√?¬©es doivent √?¬™tre pr√?¬©sent√?¬©s au Conseil pour v√?¬©rification de leur conformit√?¬© √?¬† la Constitution19. Les membres doivent avoir au moins 35 ans :
    • 3 membres sont nomm√?¬©s par le pr√?¬©sident de la r√?¬©publique ;
    • 2 membres par le pr√?¬©sident de l'Assembl√?¬©e nationale ;
    • 1 membre par le pr√?¬©sident du S√?¬©nat.
  • Le pouvoir judiciaire20 est ind√?¬©pendant du pouvoir ex√?¬©cutif et du pouvoir l√?¬©gislatif. Le pr√?¬©sident de la r√?¬©publique est garant de son ind√?¬©pendance et il pr√?¬©side le Conseil sup√?¬©rieur de la magistrature.
  • La Haute Cour de justice21 est compos√?¬© de membres √?¬©lus par l'Assembl√?¬©e nationale et le S√?¬©nat. √?¬ę Le Pr√?¬©sident de la R√?¬©publique n'est responsable des actes accomplis dans l'exercice de ses fonctions qu'en cas de haute trahison. √?¬Ľ Le pr√?¬©sident ne peut √?¬™tre mis en accusation que par les deux chambres √?¬† la majorit√?¬© absolue et lors d'un scrutin public. Les membres du gouvernement sont consid√?¬©r√?¬©s comme p√?¬©nalement responsables mais la proc√?¬©dure ci-dessus leur est applicable en cas d'atteinte √?¬† la s√?¬Ľret√?¬© de l'√?¬?tat.
  • Les institutions consultatives22:
    • Haut Conseil islamique : compos√?¬© de 5 membres, il est consult√?¬© pour avis par le pr√?¬©sident de la r√?¬©publique.
    • Le Conseil √?¬©conomique et social : donne son avis sur toute question √?¬† caract√?¬®re √?¬©conomique et social ainsi que les projets, propositions de lois ou d√?¬©crets dans ce domaine.

Politique ext√?¬©rieure | modifier le code

Les trait√?¬©s et accords internationaux ne peuvent √?¬™tre ratifi√?¬©s qu'en vertu d'une loi. Et aucune modification du territoire (cession, √?¬©change, adjonction...) ne peut se faire sans le consentement du peuple.

Les engagements internations contraires √?¬† la Constitution rendent n√?¬©cessaire la r√?¬©vision de celle-ci afin de ratifier ces engagements. √?¬? partir de leur publications, ces engagements internationaux ont une valeur sup√?¬©rieure √?¬† celle des lois23.

Les Ordres et d√?¬©corations de Mauritanie | modifier le code

  • Ordre National du M√?¬©rite

√?¬?conomie | modifier le code

Donn√?¬©es Valeurs
Produit int√?¬©rieur brut 7,242 $ milliard en PPA (est. 2011)24
Produit int√?¬©rieur brut par habitant 2,200 dollars en PPA (est. 2011)
Main d√ʬ?¬?√?¬?uvre par secteurs agriculture : 50 %
industrie : 10,0 %
services : 40 % (est. 2001)
Taux de ch√?¬īmage 30 % (est. 2008)25
Dette ext√?¬©rieure $2,791 milliards (31 December 2011 est.)
Indice de d√?¬©veloppement humain 0,473 (2012)
Population sous le seuil de pauvret√?¬© 42 % (est. 2008)26
Coefficient de Gini 40,5 (est. 2008)
Sources : CIA World Factbook27
Importance de l'√?¬©levage.
Garage √?¬† Nouakchott.

En 2009, la Mauritanie s'est class√?¬©e au 154e rang sur 182 pays √?¬† l'indice de d√?¬©veloppement humain (IDH)28. La moiti√?¬© de sa population vit toujours de l'agriculture et de l'√?¬©levage, mais un nombre croissant de nomades et de paysans ont d√?¬Ľ partir vers les grandes villes afin de fuir la pauvret√?¬©29. Certains ont tout perdu lors des s√?¬©cheresses des ann√?¬©es 1970 et 1980. Une mauvaise gestion de ces crises dues √?¬† la s√?¬©cheresse n'a fait qu'augmenter la dette qui s'√?¬©l√?¬®ve √?¬† plus de trois fois le total des exportations annuelles du pays. En d√?¬©cembre 2001, la Mauritanie a re√?¬ßu √ʬ?¬? en tant que √?¬ę pays pauvre fortement endett√?¬© √?¬Ľ ou Heavily Indebted Poor Countries (HIPC) √ʬ?¬? des aides de la part de pays donateurs. Une nouvelle fiscalit√?¬© a √?¬©t√?¬© d√?¬©velopp√?¬©e (0 % d'imposition sur les soci√?¬©t√?¬©s en 1993) afin de favoriser les investisseurs √?¬©trangers et cr√?¬©er de l'emploi, le taux de ch√?¬īmage √?¬©tant alors de 80 %. La Mauritanie a √?¬©galement accord√?¬© une concession de p√?¬™che dans ses eaux territoriales au Japon √?¬©ventuellement renouvelable30. Le Fonds mon√?¬©taire international (FMI) a impos√?¬© des mesures et des r√?¬©formes afin de r√?¬©soudre le probl√?¬®me de la dette. La d√?¬©couverte de p√?¬©trole √?¬† 80 km au large n'a pu se traduire en une exploitation de ces gisements. Le gouvernement a souhait√?¬© r√?¬©duire la pauvret√?¬©, am√?¬©liorer l'√?¬©ducation et la sant√?¬© et d√?¬©velopper le secteur priv√?¬©.

Secteurs | modifier le code

P√?¬™cheurs √?¬† Nouackchott.
  • Secteur agricole : dattes, millet, sorgho, riz, ma√?¬Įs, b√?¬?uf, mouton
  • Secteur minier : Le fer constitue pr√?¬®s de 40 % des exportations. Mine(s) d'or.
  • Secteur maritime : les c√?¬ītes sont parmi les plus poissonneuses d'Afrique comme au S√?¬©n√?¬©gal. La p√?¬™che est surtout exploit√?¬©e par des soci√?¬©t√?¬©s √?¬©trang√?¬®res[r√?¬©f. n√?¬©cessaire].

Le secteur primaire occupe 19 % du PIB, le secteur secondaire en occupe 30 % et le secteur tertiaire 51 %. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sl.html/ ERREUR DE LIEN

Infrastructures | modifier le code

  • Aux environs de la capitale, Nouakchott, se trouve un port en eau profonde, inaugur√?¬© en 1986.
  • Le pays compte au total 10 a√?¬©roports, dont 3 internationaux.
  • La ligne ferroviaire du chemin de fer de Mauritanie, ouverte en 1963 et longue de 700 km, exploit√?¬©e par la SNIM, relie le site minier de Zouerate au port de Nouadhibou.
  • Le r√?¬©seau routier compte environ 11 000 km de routes reliant les diff√?¬©rentes villes.

D√?¬©mographie | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : D√?¬©mographie de la Mauritanie.

La population de la Mauritanie est estim√?¬©e √?¬† plus de 3 millions d'habitants en 2012.

Selon le World Refugee Survey 2008 publi√?¬© par le Comit√?¬© am√?¬©ricain pour les r√?¬©fugi√?¬©s et les immigrants (U.S. Committee for Refugees and Immigrants), la Mauritanie abritait environ 30 500 r√?¬©fugi√?¬©s et demandeurs d'asile en 2007 dont 3 500 provenaient du Mali.

Bien qu'aboli en 1981, l'esclavage en Mauritanie persiste encore aujourd'hui31. Entre 10 et 20 % de la population est r√?¬©duite en esclavage32.

√?¬?ducation | modifier le code

L'√?¬©cole primaire dure six ans et l'enseignement secondaire sept ans33. On commence √?¬† apprendre le fran√?¬ßais dans la deuxi√?¬®me ann√?¬©e scolaire33. L'enseignement des sciences naturelles prend place en fran√?¬ßais33 L'analphab√?¬©tisme est fr√?¬©quent34.Le taux d'alphab√?¬©tisation des Mauritaniens est de 58 %(2010)35.

Culture | modifier le code

Tatouage au henn√?¬© (Adrar)
Article d√?¬©taill√?¬© : Culture mauritanienne.
F√?¬™tes et jours f√?¬©ri√?¬©s
Date Nom fran√?¬ßais Nom local Remarques
1er janvier Jour de l'an
1er mai f√?¬™te du travail
28 novembre ind√?¬©pendance LISTIKLAL

Sont √?¬©galement f√?¬©ri√?¬©es certaines f√?¬™tes musulmanes : Korit√?¬© (A√?¬Įd el-Fitr), Tabaski (A√?¬Įd al-Adha), Maouloud (naissance de Mahomet).

Religions | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Christianisme en Mauritanie.

Tr√?¬®s ancienne terre d'islam, comme en t√?¬©moignent les milliers de manuscrits conserv√?¬©s dans les biblioth√?¬®ques de Chinguetti, Ouadane ou Oualata, la Mauritanie est musulmane √?¬† pr√?¬®s de 100 %36. Cette foi qui impr√?¬®gne tr√?¬®s fortement la soci√?¬©t√?¬© et la culture du pays est affirm√?¬©e par la Constitution qui en fait la religion d'√?¬?tat. Les Mauritaniens sont sunnites et se r√?¬©clament pour la plupart de l'√?¬©cole de jurisprudence mal√?¬©kite, l'une des quatre √?¬©coles du sunnisme36. Beaucoup de musulmans appartiennent aussi √?¬† des confr√?¬©ries religieuses. Les plus repr√?¬©sent√?¬©es en Mauritanie sont la Qadiriyya et la Tidjaniyya36.

Selon l√ʬ?¬?article 306 du Code p√?¬©nal mauritanien, tout musulman qui apostasie, sans se repentir dans un d√?¬©lai de trois jours, est passible de la peine de mort37.

Les non-musulmans sont pour la plupart des √?¬©trangers, g√?¬©n√?¬©ralement des catholiques qui disposent de plusieurs lieux de culte dans le pays, √?¬† Nouakchott (cath√?¬©drale) et √?¬† Nouadhibou notamment. En revanche les protestants et les juifs √ʬ?¬? tr√?¬®s peu nombreux √ʬ?¬? n'ont ni temple ni synagogue38.

L'impression et la distribution de mat√?¬©riel non musulman sont interdits ainsi que le pros√?¬©lytisme non musulman39. Selon la Constitution de 1991, les citoyens sont musulmans39.

Langues | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Langues de Mauritanie.
√?¬ę Mauritanie √?¬Ľ en √?¬©criture arabe

Les langues sont inscrites dans la Constitution √?¬† l'article 640.

La langue officielle est l'arabe √?¬©crit. √?¬? noter qu'il existe l'arabe litt√?¬©ral non-parl√?¬© et l'arabe dialectal local parl√?¬© : l'hassanya.

Les langues nationales sont l'arabe-hassaniya, le berb√?¬®re-zenaga, le peul, le sonink√?¬©, et le wolof.

Le fran√?¬ßais joue aussi un r√?¬īle important dans l'√?¬©tat mauritanien.

Francophonie | modifier le code

La Mauritanie est membre de l'Assembl√?¬©e parlementaire de la francophonie de m√?¬™me que de l'Organisation internationale de la francophonie.

Les r√?¬©gions mauritaniennes de Dakhlet Nouadhibou, Gorgol et de l'Inchiri sont membre de l'Association internationale des r√?¬©gions francophones41.

M√?¬©dias | modifier le code

la Mauritanie est premi√?¬®re au classement des pays arabes (67e au classement mondial 2013) en termes de libert√?¬© de la presse, selon le rapport annuel √?¬©tabli par le groupe de surveillance des m√?¬©dias Reporters Sans Fronti√?¬®res (RSF)42. La libert√?¬© des m√?¬©dias fluctue selon les r√?¬©gimes en place. Il n'est pas toujours facile pour les journalistes de faire leur travail mais cela d√?¬©pend r√?¬©ellement de la situation politique du jour. Depuis le d√?¬©but de la transition d√?¬©mocratique en 2005 les m√?¬©dias ont plus de libert√?¬©. Apr√?¬®s le coup d'√?¬?tat de 2008, il y eut une reprise en main des m√?¬©dias publics, notamment de la t√?¬©l√?¬©vision et de la radio publique dont l'information est censur√?¬©e, alors que certains journaux gardent une grande libert√?¬© de parole (notamment le Calame et la Tribune). Mal pay√?¬©s les journalistes r√?¬©digent souvent sur commande des notables, des politiques ou des hommes d'affaires. L'autocensure et le manque de sources aux articles sont d'autres pratiques qui contribuent √?¬† la m√?¬©diocrit√?¬© de la presse mauritanienne.

Mode | modifier le code

Guide de Chinguetti en tenue traditionnelle

Le caftan, sorte de boubou avec manche longue en coton qu'on peut porter avec un serouel ou un pantalon en tissu, Le "bolonta" surtout port√?¬© par la population sonink√?¬© de Ka√?¬©di au sud du pays, il a la forme d'un caftan, mais il est sans manche, on met une chemise longue manche appel√?¬© "katalla" en dessous. Le boubou ou la derraa traditionnels des hommes est en coton bleu et permet de supporter les temp√?¬©ratures chaudes du pays. Les milieux plus ais√?¬©s choisissent des tissus clairs avec des broderies blanches, dor√?¬©es... Le s√?¬©rouel se porte en dessous, c'est un pantalon bouffant qui laisse passer l'air.

Les femmes ont des tissus plus √?¬©clatants, avec des couleurs chatoyantes. Les femmes du sud ajoutent sous le boubou, un pagne et un foulard sur la t√?¬™te. Le melehfa est un voile qui drape les femmes et qui est tr√?¬®s souvent fortement color√?¬©, imitant parfois la soie.

Le haouli est une pi√?¬®ce de tissu rectangulaire indispensable pour le d√?¬©sert qui se met autour de la t√?¬™te.

Arts | modifier le code

La po√?¬©sie

C'est l'art le plus appr√?¬©ci√?¬© des Mauritaniens avec les contes.

La po√?¬©sie se d√?¬©cline en deux branches43 :

  • arabe classique : echiir
  • en hassaniyya : legh'ne
  • en sonink√?¬© : Xaran sungu
Les contes

La nuit √?¬† la belle √?¬©toile apr√?¬®s une chaude journ√?¬©e, les Mauritaniens aiment contempler leur environnement. Les choses sont magnifi√?¬©es (sans les diviniser puisque interdit par l'islam), les conteurs savent raconter des histoires qui permettent √?¬† l'imaginaire de s'√?¬©chapper vers le contemplatif.

Les contes servent √?¬©galement √?¬† √?¬©duquer les enfants en leur transmettant des connaissances, pr√?¬©ceptes avec des exemples d√?¬©velopp√?¬©s sous formes de petites histoires...

la litt√?¬©rature peul

Elle est surtout orale constitu√?¬©e de chants et de musique. Chaque groupe social (guerriers, tisserands...) a son chant44.

La musique

C'est ici que l'on peut appr√?¬©cier le carrefour des cultures de ce pays car la musique est influenc√?¬©e par les sons des peuples arabes du nord et les peuples noirs du sud.

La musique traditionnelle rappelle les exploits des princes guerriers des grands empires qui ont exist√?¬© en Mauritanie. Elle est assez √?¬©litiste. Aujourd'hui, une musique populaire jou√?¬©e par des artistes actuels est √?¬©cout√?¬©e dans les √?¬©v√?¬©nements religieux tels que les bapt√?¬™mes45.

Les instruments de musique se modernisent et remplacent les Tidinit, Ardine, Tbel...

Le cin√?¬©ma
Article d√?¬©taill√?¬© : Cin√?¬©ma mauritanien.

Traditions | modifier le code

Les mariages
F√?¬™te lors d'un mariage √?¬† Atar

Le mariage unit non seulement deux individus mais aussi deux familles, deux ethnies. Par le pass√?¬©, les enfants √?¬©taient d√?¬©sign√?¬©s pour le mariage d√?¬®s leur berceau. Parvenus √?¬† l'√?¬Ęge adulte, nul ne songe √?¬† d√?¬©cevoir les parents, la communaut√?¬©. Une dot est fix√?¬©e lors d'une r√?¬©union entre les parents.

Apr√?¬®s le mariage, la mari√?¬©e tente de se cacher avec ses amies. Si le mari√?¬© ne la retrouve pas, il paie une ran√?¬ßon au camp adverse. Apr√?¬®s la nuit de noce, le mari√?¬© montre le dessous t√?¬Ęch√?¬© de sang en guise de t√?¬©moignage de la virginit√?¬© de la jeune √?¬©pous√?¬©e.

Mais actuellement, l'√?¬©volution de la soci√?¬©t√?¬© mauritanienne fait que beaucoup de ces pratiques disparaissent surtout dans les villes.

Gastronomie | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Cuisine mauritanienne.

La cuisine mauritanienne est compos√?¬©e de produits locaux tels que le mil, le bl√?¬©, l'orge, le haricot, la past√?¬®que, les dattes etc. C'est donc une cuisine typique des peuples du Sahel. Les plats les plus connus sont √?¬† base de 2 vari√?¬©t√?¬©s de couscous commun√?¬©ment appel√?¬© petit couscous et gros couscous, et, "fond√?¬©", "Makhafo", El aiche, Baci, sakou, Echerchem, Legly√?¬©, Bellakh, Belleghmane, Hacou, lemvassas, soupe kandja, michoui, gombou, ni√?¬©ti√?¬©, thi√?¬©boudi√?¬®ne, maf√?¬©etc.46.

√?¬? part ces produits traditionnels, d'autres denr√?¬©es tels le riz, la pomme de terre sont √?¬©galement consomm√?¬©s et la mondialisation influence les m√?¬©thodes et les usages culinaires.

Jeux et sports | modifier le code

L'influence de l'islam dans les relations hommes/femmes a cr√?¬©√?¬© deux types de jeux jou√?¬©s47 :

  • soit uniquement par les femmes (es-sig, krour, Em-Ehmeidech, Chnague, lewzar, Sigueye, Salar...) dans des endroits frais (tentes, maisons) ou ombrag√?¬©s (arbres...) ;
  • soit uniquement par les hommes (Em-Edghougha, Heibe, Towd, Dhamette, Khreibga, Diaro...) dans des endroits d√?¬©couverts, √?¬† l'air libre.
  • soit uniquement par les enfants.

Codes | modifier le code

La Mauritanie a pour codes :

Notes et r√?¬©f√?¬©rences | modifier le code

  1. √ʬ?¬? (en) Population de la Mauritanie en 2012 (CIA World Factbook)
  2. √ʬ?¬? Site de l'ONU
  3. √ʬ?¬? Parc national du banc d'Arguin
  4. √ʬ?¬? Portail national du gouvernement mauritanien - La pr√?¬©histoire : Apparition de l'Homme
  5. √ʬ?¬? √?¬ę Habitat et soci√?¬©t√?¬©s pr√?¬©historiques du Dhar Tichitt (Mauritanie) √?¬Ľ, A. Holl, Revue du CNRS.
  6. √ʬ?¬? √?¬ę Un an de pouvoir civil √?¬Ľ - Article RFI du 19/04/2008
  7. √ʬ?¬? √?¬ę Remaniement gouvernemental √?¬Ľ Article RFI du 7/05/2008
  8. √ʬ?¬? √?¬ę Nouveau gouvernement : fin de la crise politique ? √?¬Ľ Article de RFI
  9. √ʬ?¬? New york times
  10. √ʬ?¬? Article coup Mauritanie sur radio Canada
  11. √ʬ?¬? Constitution de la R√?¬©publique de Mauritanie (consult√?¬© le 7.6.2009)
  12. √ʬ?¬? Article 1, alin√?¬©a 1 de la constitution
  13. √ʬ?¬? Article 5 de la Constitution
  14. √ʬ?¬? Article 23 de la Constitution
  15. √ʬ?¬? TITRE II DU POUVOIR EXECUTIF
  16. √ʬ?¬? Article 3 de la Constitution
  17. √ʬ?¬? TITRE III DU POUVOIR LEGISLATIF
  18. √ʬ?¬? TITRE IV DES RAPPORTS ENTRE LE POUVOIR LEGISLATIF ET LE POUVOIR EXECUTIF
  19. √ʬ?¬? a et b TITRE VI DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.
  20. √ʬ?¬? TITRE VII DU POUVOIR JUDICIAIRE
  21. √ʬ?¬? TITRE VIII DE LA HAUTE COUR DE JUSTICE
  22. √ʬ?¬? TITRE IX DES INSTITUTIONS CONSULTATIVES
  23. √ʬ?¬? TITRE V DES TRAITES ET ACCORDS INTERNATIONAUX
  24. √ʬ?¬? http://www.indexmundi.com/fr/mauritanie/economie_profil.html
  25. √ʬ?¬? Erreur de r√?¬©f√?¬©rence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n√ʬ?¬?a √?¬©t√?¬© fourni pour les r√?¬©f√?¬©rences nomm√?¬©es cia.gouv.
  26. √ʬ?¬? http://www.undp.mr/omd/omd1.htm
  27. √ʬ?¬? (en) Statistiques √?¬©conomiques de la Mauritanie (CIA World Factbook)
  28. √ʬ?¬? (en) Human Development Report 2009 [1]
  29. √ʬ?¬? (en) The World Factbook [2]
  30. √ʬ?¬? Source : Banque nationale de Mauritanie, rapport 1993
  31. √ʬ?¬? L√ʬ?¬?esclavage persiste en Mauritanie
  32. √ʬ?¬? (en)Slavery√ʬ?¬?s last stronghold
  33. √ʬ?¬? a, b et c http://www.bibl.u-szeged.hu/oseas_adsec/mauritania2.htm
  34. √ʬ?¬? http://www.unicef.org/infobycountry/mauritania_statistics.html
  35. √ʬ?¬? http://www.indexmundi.com/g/g.aspx?c=mr&v=39&l=fr
  36. √ʬ?¬? a, b et c Jean-Claude Klotchkoff, La Mauritanie aujourd'hui, √?¬?ditions du Jaguar, p. 67-71
  37. √ʬ?¬? Code p√?¬©nal mauritanien sur Droit-Afrique.com
  38. √ʬ?¬? (en) Anthony G. Pazzanita, √?¬ę Islam √?¬Ľ, in Historical dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, Lanham (Maryland) ; Toronto, Plymouth (Royaume-Uni), 2008 (3e √?¬©d.), p. 277-283 (ISBN 978-0-8108-5596-0)
  39. √ʬ?¬? a et b (en) International Religious Freedom Report 2010
  40. √ʬ?¬? http://www.mauritania-today.com/francais/constitution.htm#1
  41. √ʬ?¬? regions-francophones.com
  42. √ʬ?¬? http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html
  43. √ʬ?¬? L'art po√?¬©tique sur le portail national
  44. √ʬ?¬? Tourath : Projet de sauvegarde de la culture mauritanienne traditionnelle - Po√?¬©sie
  45. √ʬ?¬? Musique sur le portail national
  46. √ʬ?¬? Art culinaire sur le portail national
  47. √ʬ?¬? Jeux - Portailnational

Annexes | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie | modifier le code

(g√?¬©n√?¬©ralit√?¬©s uniquement)

  • Elemine Ould Mohamed Baba, La Mauritanie, un pays atypique, L'Harmattan, 2007, 160 p. (ISBN 978-2-296-04591-0)
  • Muriel Devey, La Mauritanie, Karthala, Paris, 2005, 316 p. (ISBN 978-2-84586-583-9)
  • Viviane Froger-Fortaillier et Janine Koudjina, Mauritanie, sc√?¬®nes de vie, Sepia, 2007, 120 p. (ISBN 978-2-84280-133-5)
  • Attilio Gaudio, Le dossier de la Mauritanie, Nouvelles √?¬©ditions latines, 2008, 429 p. (ISBN 978-2-7233-0035-3)
  • Jean-Claude Klitchkoff, La Mauritanie aujourd'hui, √?¬?ditions du Jaguar, 2003 (2e √?¬©d.), 248 p. (ISBN 978-2-86950-340-3)
  • Danielle et Vincent Bisson, Mauritanie, aux confins du Maghreb, √?¬©ditions ACR, 2005, 335 p. (ISBN 9-782867-701719)

Discographie | modifier le code

  • Le Chant des enfants du monde, vol. 8 Mauritanie, Arion, 2009 (1re √?¬©d. 2001), ICD (compilation de 24 titres)

Filmographie | modifier le code

  • Mauritanie, film documentaire r√?¬©alis√?¬© par Claude Pavard, Oasis Production, S√?¬®vres, 2003, 2 DVD (240') + 1 livret (64 p.)

Article connexe | modifier le code

Liens externes | modifier le code