DBB
Un article de Wikip√?¬©dia, l'encyclop√?¬©die libre.
Aller √?¬† : Navigation, rechercher

√?¬?tat plurinational de Bolivie

Estado Plurinacional de Bolivia (es) Prononciation du titre dans sa version originale √?¬?couter

Bulibiya Mama llaqta (qu)

Wuliwya Suyu (ay)

Tet√?¬£ Vol√?¬≠via (gn)

Drapeau
Drapeau de la Bolivie.
Blason
Armes de la Bolivie.
Description de l'image  Bolivia (orthographic projection).svg.
Devise nationale L'union fait la force
Hymne national Bolivianos, El Hado Propicio
Administration
Forme de l'√?¬?tat r√?¬©publique pr√?¬©sidentielle
Pr√?¬©sident de l'√?¬?tat Evo Morales
Vice-pr√?¬©sident √?¬Ālvaro Garc√?¬≠a Linera
Langues officielles Aymara, espagnol, guarani, quechua
Capitale Sucre1

19√?¬į 2√ʬ?¬≤ 35√ʬ?¬≥ S 65√?¬į 15√ʬ?¬≤ 33√ʬ?¬≥ O√Į¬Ľ¬Ņ / √Į¬Ľ¬Ņ-19.04306, -65.25917√Į¬Ľ¬Ņ / -19.04306; -65.25917

G√?¬©ographie
Plus grande ville Santa Cruz de la Sierra
Superficie totale 1 098 581 km2
(class√?¬© 27e)
Superficie en eau 1,4 %
Fuseau horaire UTC -4
Histoire
Ind√?¬©pendance de l'Espagne
Date 6 ao√?¬Ľt 1825
D√?¬©mographie
Gentil√?¬© Bolivien, Bolivienne
Population totale (2013) 10 461 053 hab.
(class√?¬© 83e)
Densit√?¬© 9,5 hab./km2
√?¬?conomie
PIB nominal (2012) 24,43 milliards de $2 (93)
IDH (2005) en augmentation 0,695 (moyen) (117eUNIQfde835cb423fa6f0-nowiki-00000008-QINU3UNIQfde835cb423fa6f0-nowiki-00000009-QINU)
Monnaie Boliviano (BOB√ʬ?¬?)
Divers
Code ISO 3166-1 BOL, BO√ʬ?¬?
Domaine Internet .bo
Indicatif t√?¬©l√?¬©phonique +591

La Bolivie, en forme longue l'√?¬?tat plurinational de Bolivie ou la R√?¬©publique de Bolivie jusqu'en 2009, en espagnol Bolivia, Estado Plurinacional de Bolivia et Rep√?¬ļblica de Bolivia, en quechua Bulibiya et Bulibiya Mama llaqta, en aymara Wuliwya et Wuliwya Suyu, en guarani Vol√?¬≠via et Tet√?¬£ Vol√?¬≠via, est un pays enclav√?¬© d'Am√?¬©rique du Sud entour√?¬© par le Br√?¬©sil, le Paraguay, l'Argentine, le Chili et le P√?¬©rou.

Avant la colonisation europ√?¬©enne, le territoire bolivien appartenait √?¬† l'Empire Inca, qui √?¬©tait le plus grand √?¬?tat de l'Am√?¬©rique pr√?¬©colombienne. L'Empire espagnol a conquis la r√?¬©gion au XVIe si√?¬®cle. Pendant la p√?¬©riode coloniale espagnole, la r√?¬©gion s'appelle √?¬ę le Haut-P√?¬©rou √?¬Ľ ou √?¬ę Charcas √?¬Ľ. Apr√?¬®s avoir d√?¬©clar√?¬© son ind√?¬©pendance en 1825, 16 ann√?¬©es de guerre s'ensuivent avant la mise en place de la R√?¬©publique, du nom de Sim√?¬≥n Bol√?¬≠var.

La Bolivie est une r√?¬©publique d√?¬©mocratique, divis√?¬©e en neuf d√?¬©partements. Sa g√?¬©ographie est vari√?¬©e, comprenant des territoires de la Cordill√?¬®re des Andes, de l'Altiplano, de l'Amazonie et du Gran Chaco. Le taux de pauvret√?¬© est d'environ 60 %. Les principales activit√?¬©s √?¬©conomiques sont l'agriculture, la sylviculture et la p√?¬™che, les produits manufacturiers, comme le textile, l'habillement, les m√?¬©taux raffin√?¬©s, et le p√?¬©trole raffin√?¬©. La Bolivie est ainsi tr√?¬®s riche en m√?¬©taux comme l'√?¬©tain, l'argent, ou encore le lithium.

La population bolivienne est multi-ethnique avec des Am√?¬©rindiens, des M√?¬©tis, des Europ√?¬©ens, des Asiatiques et des Africains. La langue principale est l'espagnol, bien que les langues aymara et quechua soient √?¬©galement fr√?¬©quentes. La constitution bolivienne de 2009 reconna√?¬ģt 37 langues officielles (aymara, araona, baure, b√?¬©siro, canichana, cavine√?¬Īa, cayubaba, ch√?¬°cobo, chim√?¬°n, ese 'ejja, espagnol, guarani, guarasu√ʬ?¬?we, guarayu, itonama, kallawaya, leco, machineri, maropa, moje√?¬Īo-trinitario, moje√?¬Īo-ignaciano, mor√?¬©, moset√?¬©n, movima, pacahuara, puquina, quechua, sirion√?¬≥, tacana, tapiete, toromona, uru-chipaya, wichi, yaminahua, yuki, yuracar√?¬© et zamuco)4. En raison de cultures diff√?¬©rentes, la Bolivie jouit d'une grande diversit√?¬© dans des domaines comme l'art, la cuisine, la litt√?¬©rature et la musique.

Histoire | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Histoire de la Bolivie.

P√?¬©riode pr√?¬©colombienne | modifier le code

Avant la conqu√?¬™te espagnole, les Andes √?¬©taient habit√?¬©es par de nombreuses cultures, dont la plus importante fut certainement la civilisation de Tiahuanaco (aussi √?¬©crit tiwanaku). Au XVe si√?¬®cle, les Incas int√?¬©gr√?¬®rent une partie de l'actuelle Bolivie dans leur empire.

Colonisation espagnole | modifier le code

Les Espagnols d√?¬©couvrirent √?¬† leur arriv√?¬©e au XVIe si√?¬®cle, une tr√?¬®s grande quantit√?¬© d'argent (quidans les mines de Potos√?¬≠. La Bolivie fit d'abord partie de la vice-royaut√?¬© du P√?¬©rou avant de passer sous le contr√?¬īle de la vice-royaut√?¬© du R√?¬≠o de la Plata. Avant l'arriv√?¬©e des Espagnols, les hauteurs de la Bolivie √?¬©taient peupl√?¬©es de polyth√?¬©istes (religion Inca). Les Espagnols y impos√?¬®rent graduellement le catholicisme.

Ind√?¬©pendance et l'√?¬®re des caudillos (1825-1884) | modifier le code

Les luttes pour l'ind√?¬©pendance d√?¬©butent en 1809 et celle-ci est acquise en 1825, gr√?¬Ęce aux arm√?¬©es de Bol√?¬≠var, en hommage duquel la Bolivie prit son nom. La Bolivie et le P√?¬©rou constituent, sous le nom de Conf√?¬©d√?¬©ration p√?¬©ruano-bolivienne, un seul pays pendant une courte p√?¬©riode de temps (1836-1839). Comme le P√?¬©rou, le Chili, Mexique, ou la Colombie, le pays fait appel √?¬† la Bourse de Londres pour financer des soci√?¬©t√?¬©s mini√?¬®res5. Bolivar nationalise pour cinq millions de pesos de mines abandonn√?¬©es, le 2 ao√?¬Ľt 18256, pour les revendre, et cr√?¬©√?¬© la Potosi, La Paz and Peruvian Mining Association, qui sera liquid√?¬©e apr√?¬®s le krach de d√?¬©cembre 1825 et a pour agent James Paroissien, m√?¬©decin anglais et officier bolivariste7.

La Bolivie conna√?¬ģt tout au long du XIXe si√?¬®cle une p√?¬©riode d'instabilit√?¬© politique, marqu√?¬©e par de fr√?¬©quents coups d'√?¬?tat et l'intervention fr√?¬©quente de l'arm√?¬©e qui ne totalise alors pas moins des deux tiers des d√?¬©penses publiques de l'√?¬?tat central8. Dans l'√?¬®re des caudillos qui s'√?¬©tend sur une large partie du XIXe si√?¬®cle, on distingue traditionnellement la p√?¬©riode des caudillos letrados, courant de l'ind√?¬©pendance de 1825 √?¬† 1848, de celle des caudillos barbaros (1848 √?¬† 1884). L√?¬† o√?¬Ļ les premiers caudillos √?¬©taient majoritairement issus de la bourgeoisie cr√?¬©ole, parfois instruits √?¬† l'√?¬©cole militaire espagnole, √?¬† l'image des g√?¬©n√?¬©raux Sucre et Santa Cruz, les seconds, d'origine plus populaire et indig√?¬®ne, ne devaient leur position qu'√?¬† leur ascension dans la hi√?¬©rarchie militaire9 ; ils sont rest√?¬©s c√?¬©l√?¬®bres pour leur cruaut√?¬© et leur gestion approximative des affaires publiques.

D√?¬©mocratie √?¬ę restreinte √?¬Ľ (1884-1920) | modifier le code

√?¬? l'issue des premiers revers de la guerre du Pacifique (1879-1884) men√?¬©e contre le Chili, la Bolivie se dote en 1880 d'une 11e constitution depuis son ind√?¬©pendance ; en 1884 a lieu l'√?¬©lection du pr√?¬©sident Gregorio Pacheco qui inaugure une nouvelle p√?¬©riode politique, caract√?¬©ris√?¬©e par l'instauration d'un corps √?¬©lectoral qui reste toutefois restreint10. Un parti conservateur et un parti lib√?¬©ral se structurent, en s'appuyant respectivement sur l'oligarchie mini√?¬®re de l'argent et de l'√?¬©tain qui deviendra au d√?¬©but du XXe si√?¬®cle la principale source de richesse du pays. Le coup d'√?¬?tat √?¬ę lib√?¬©ral √?¬Ľ de 1899 voit s'imposer durablement cette seconde tendance qui tiendra les r√?¬™nes du pays jusqu'en 192011. Le soul√?¬®vement de 1920, initi√?¬© par le parti r√?¬©publicain, d'inspiration nationaliste, initie une nouvelle p√?¬©riode d'instabilit√?¬©, renforc√?¬©e par la crise √?¬©conomique cons√?¬©cutive au krach de 1929 ; elle conduit le pr√?¬©sident Salamanca √?¬† engager son pays dans la tr√?¬®s meurtri√?¬®re guerre du Chaco contre le Paraguay, avec lequel un conflit larv√?¬© existait depuis le milieu des ann√?¬©es 192012.

La d√?¬©faite cons√?¬©cutive √?¬† la Guerre du Chaco ponctue une r√?¬©traction constante du territoire bolivien depuis l'ind√?¬©pendance acquise en 1825. La Bolivie perdit ainsi une grande partie de son territoire et son unique acc√?¬®s √?¬† la mer dans la guerre du Pacifique contre le Chili. En 1903, elle vendit par ailleurs la r√?¬©gion d'Acre au Br√?¬©sil par le trait√?¬© de Petr√?¬≥polis13.

Mouvement nationaliste r√?¬©volutionnaire (1952-1964) | modifier le code

La fin de la guerre du Chaco marque une reprise en main des militaires. Le colonel Toro initie en 1937 la premi√?¬®re nationalisation du p√?¬©trole en Am√?¬©rique latine. La p√?¬©riode se caract√?¬©rise surtout par un renouvellement du paysage politique. Le Mouvement nationaliste r√?¬©volutionnaire (Movimiento Nacionalista Revolucionario), qui sera amen√?¬© √?¬† jouer un r√?¬īle pivot dans la vie politique du pays jusque dans les ann√?¬©es 1960, est cr√?¬©√?¬© en 1941. Malgr√?¬© l'opposition de l'arm√?¬©e, il acc√?¬®de au pouvoir en avril 1952 apr√?¬®s une nouvelle p√?¬©riode d'instabilit√?¬© politique. Il octroie le suffrage universel14, entame sous la pression paysanne une r√?¬©forme agraire en 195315 et nationalise, moyennant de fortes indemnisations, les mines des trois principaux √?¬ę barons de l'√?¬©tain √?¬Ľ du pays16. Sa politique interventionniste s'infl√?¬©chit progressivement et s'ouvre largement √?¬† l'influence des √?¬?tats-Unis dont l'aide repr√?¬©sente en 1958 le tiers du budget national17.

Dictatures militaires (1964-1982) | modifier le code

En 1964, le coup d'√?¬?tat du g√?¬©n√?¬©ral Barrientos ouvre une longue p√?¬©riode de dictatures militaires qui ne s'ach√?¬®vera qu'en 1980. Le 7 novembre 1966, le r√?¬©volutionnaire argentino-cubain Che Guevara commence une guerilla arm√?¬©e avec la cr√?¬©ation de L'Arm√?¬©e de lib√?¬©ration nationale de Bolivie (Ej√?¬©rcito de Liberaci√?¬≥n Nacional de Bolivia, ELN) pour lutter contre cette dictature soutenue par la CIA, et pour la libert√?¬© et l'am√?¬©lioration des conditions de vie du peuple bolivien. Apr√?¬®s une derni√?¬®re embuscade avec seize hommes, il fut captur√?¬© par une troupe de 1800 soldats boliviens. Il est ex√?¬©cut√?¬© le 9 octobre 1967 √?¬† La Higuera par l'arm√?¬©e bolivienne gr√?¬Ęce √?¬† l'appui important des agents de la CIA et d'instructeurs de l'arm√?¬©e am√?¬©ricaine form√?¬©s au Viet-Nam. Apr√?¬®s l'interm√?¬®de de √?¬ę gauche √?¬Ľ du g√?¬©n√?¬©ral Torres (1970-1974)18, la dictature du g√?¬©n√?¬©ral Banzer (1971-1978) est marqu√?¬©e par l'adoption de la √?¬ę doctrine de s√?¬©curit√?¬© nationale √?¬Ľ qui se traduit par l'interdiction institutionnalis√?¬©e de toute activit√?¬© politique et syndicale19. L'accession au pouvoir du narco-trafiquant [r√?¬©f. n√?¬©cessaire] Luis Garc√?¬≠a Meza conduit √?¬† la rupture des relations diplomatiques avec les √?¬?tats-Unis et contraint les militaires √?¬† soutenir un processus d√?¬©mocratique qui porte, apr√?¬®s vingt-deux ans de dictatures quasiment ininterrompues, Hern√?¬°n Siles Zuazo au pouvoir.

Lib√?¬©ralisation de l'√?¬©conomie (1985-2000) | modifier le code

Les diff√?¬©rents pr√?¬©sidents qui se succ√?¬®dent √?¬† partir de 1985 - Victor Paz Estenssoro, Jaime Paz Zamora, Gonzalo S√?¬°nchez de Lozada, l'ancien ministre de l'√?¬©conomie du premier cit√?¬©, et l'ancien dictateur Banzer - suivront durant une quinzaine d'ann√?¬©es une ligne de conduite conforme √?¬† l'orthodoxie des institutions financi√?¬®res internationales : lutte contre l'inflation, r√?¬©duction du d√?¬©ficit budg√?¬©taire, r√?¬©duction du p√?¬©rim√?¬®tre du secteur nationalis√?¬© seront les contreparties d'un r√?¬©am√?¬©nagement de la dette du pays20.

Crise sociale r√?¬©currente (2000-2005) | modifier le code

Articles d√?¬©taill√?¬©s : Guerre de l'eau (Bolivie) et Guerre du gaz (Bolivie).

En 2000, un gisement de gaz naturel, estim√?¬© √?¬† 1,58 milliard de m√?¬®tres cubes, est d√?¬©couvert dans la r√?¬©gion de Tarija. Pour construire un gazoduc vers la mer, deux options √?¬©taient possibles : soit passer par le P√?¬©rou, soit passer par le Chili. Le choix de privil√?¬©gier la voie chilienne, plus facile du point de vue technique, mais critiqu√?¬©e en raison des ressentiments remontant aux guerres du XIXe si√?¬®cle, cristallise un m√?¬©contentement social latent qui se traduit par un mouvement protestataire d'ampleur nationale. Son ampleur contraint le pr√?¬©sident S√?¬°nchez de Losada √?¬† d√?¬©missionner en octobre 200321.

L'arriv√?¬©e au pouvoir du vice-pr√?¬©sident Carlos Mesa ne stabilise pas une situation sociale explosive. Le 6 juin 2005, √?¬† la suite de nombreuses manifestations, Carlos Mesa d√?¬©missionne, laissant sa place au chef du Tribunal Supr√?¬™me, Eduardo Rodr√?¬≠guez22. Cependant le retour au calme est fragile, les mouvements populaires, essentiellement indiens, continuant de r√?¬©clamer (entre autres) la renationalisation des r√?¬©serves de p√?¬©trole et de gaz du pays, exploit√?¬©es par des firmes am√?¬©ricaines ou europ√?¬©ennes.

Mandat pr√?¬©sidentiel d'Evo Morales (2006-) | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Pr√?¬©sidence d'Evo Morales.

Evo Morales remporte l'√?¬©lection pr√?¬©sidentielle de 2005 avec 53,7 % des voix23. Le 22 janvier 2006, le congr√?¬®s le nomme officiellement pr√?¬©sident ; il devient alors le premier pr√?¬©sident bolivien d'origine am√?¬©rindienne depuis le XIXe si√?¬®cle et le mandat d'Andr√?¬©s de Santa Cruz y Calahumana (1829 - 1839). Des √?¬©lections l√?¬©gislatives normalement pr√?¬©vues pour le 4 d√?¬©cembre 2005 sont report√?¬©es au 18 d√?¬©cembre 2005 et remport√?¬©es par le MAS, le parti pr√?¬©sidentiel.

R√?¬©formes √?¬©conomiques | modifier le code

Le 1er mai 2006, Evo Morales a annonc√?¬© par d√?¬©cret la nationalisation des hydrocarbures et la ren√?¬©gociation de tous les contrats des entreprises √?¬©trang√?¬®res dans un d√?¬©lai de 180 jours. L'objectif est que 82 % des revenus des hydrocarbures soient r√?¬©serv√?¬©s √?¬† l'√?¬?tat. La compagnie nationale Yacimientos Petrol√?¬≠feros Fiscales Bolivianos (YPFB) devient ainsi la seule instance autoris√?¬©e √?¬† commercialiser les hydrocarbures24. Cette initiative affecte au premier chef la soci√?¬©t√?¬© br√?¬©silienne Petrobras.

Question de l'autonomie d√?¬©partementale | modifier le code

Le 2 juillet 2006, se tiennent simultan√?¬©ment un r√?¬©f√?¬©rendum sur l'autonomie d√?¬©partementale et l'√?¬©lection des repr√?¬©sentants √?¬† une Assembl√?¬©e Constituante25. La d√?¬©centralisation √?¬©tait une des revendications essentielles des protestations exprim√?¬©es en 2005 par les mouvements de la r√?¬©gion de Santa Cruz. √?¬? l'inverse, les mouvements d'origine autochtone d√?¬©noncent cette volont√?¬© autonomiste, qui servirait selon eux la minorit√?¬© oligarchique du pays.

Le MAS remporte 55 des 70 circonscriptions uninominales avec 50,7 % des suffrages exprim√?¬©s au niveau national lors de l'√?¬©lection de la Constituante. Si le √?¬ę non √?¬Ľ, pour lequel le MAS s'√?¬©tait fortement mobilis√?¬©, l'emporte largement au niveau national lors du r√?¬©f√?¬©rendum pour l'autonomie d√?¬©partementale (57,6 % des voix), les r√?¬©sultats locaux trahissent la fracture territoriale est-ouest du pays. Les d√?¬©partements de Santa Cruz, Tarija et Pando se prononc√?¬®rent en effet largement pour l'autonomie avec respectivement 74 %, 61 % et 58 % des voix en faveur du √?¬ę oui √?¬Ľ26.

D√?¬©partements revendiquant leur autonomie en vert.

R√?¬©forme constitutionnelle | modifier le code

Les travaux de l'Assembl√?¬©e constituante, pr√?¬©sid√?¬©e par l'indienne quechua Silvia Lazarte, devaient initialement prendre fin en ao√?¬Ľt 2006 ; √?¬©maill√?¬©s de nombreux incidents, ils ont √?¬©t√?¬© prolong√?¬©s jusqu'√?¬† la fin de l'ann√?¬©e 2007. Les d√?¬©put√?¬©s du MAS ont approuv√?¬© le texte de la Constituante le 9 d√?¬©cembre 2007 √?¬† Oruro, en pr√?¬©sence de 164 des 255 constituants. Le Podemos n'a pas souhait√?¬© prendre part au vote, estimant que l'assembl√?¬©e n'avait pas r√?¬©uni les conditions d'un d√?¬©bat d√?¬©mocratique. Un r√?¬©f√?¬©rendum national concernant cette nouvelle Constitution a √?¬©t√?¬© convoqu√?¬© par le pr√?¬©sident Morales pour mai 2008 mais la Cour √?¬©lectorale a refus√?¬© de valider cette convocation, arguant que cette derni√?¬®re n'avait pas suivi la voie l√?¬©gale27. La nouvelle constitution fut adopt√?¬©e par voie de r√?¬©f√?¬©rendum le 25 janvier 2009, √?¬† 58,7 %, selon un sondage de sortie des urnes d'Ipsos Apoyo pour le quotidien La Raz√?¬≥n et ATB28.

Crise politique et menaces s√?¬©cessionnistes | modifier le code

Les r√?¬©formes √?¬©conomiques et constitutionnelles mises en √?¬?uvre par la majorit√?¬© pr√?¬©sidentielle rencontrent de vives r√?¬©sistances au sein des √?¬©lites √?¬©conomiques cr√?¬©oles du croissant est du pays qui concentre les principales richesses du pays. Ces derni√?¬®res ont, depuis le d√?¬©but des ann√?¬©es 2000, traduit leur opposition au pouvoir central par des revendications autonomistes voire s√?¬©cessionnistes, port√?¬©es par un ensemble d'organisations dont le Comit√?¬© civique de Santa Cruz est l'une des plus actives. Les pr√?¬©fets √?¬©lus des d√?¬©partements de Santa Cruz, Beni et Pando soutiennent ce mouvement pour une autonomie √?¬©largie.

Un r√?¬©f√?¬©rendum portant sur un statut d'autonomie r√?¬©gionale, et d√?¬©clar√?¬© ill√?¬©gal par le pouvoir central, s'est tenu en mai 2008 dans la province de Santa Cruz √?¬† l'initiative de son pr√?¬©fet, Ruben Costas29. En r√?¬©ponse √?¬† ce qui peut appara√?¬ģtre comme une remise en cause de sa l√?¬©gitimit√?¬© √?¬©lectorale, le pr√?¬©sident Morales a d√?¬©cid√?¬© de remettre son mandat en jeu lors d'un r√?¬©f√?¬©rendum qui s'est tenu le 10 ao√?¬Ľt 200830. Morales gagna ce referendum avec 67 % des voix31, bien que certains m√?¬©dias d'opposition aient laiss√?¬© entendre de possibles fraudes de la part de membres du MAS. Ces contestations sont surprenantes, car les sondages √?¬† la sortie des urnes effectu√?¬©s par des instituts d'enqu√?¬™te priv√?¬©s, pour le compte de ces m√?¬™mes journaux, donnaient sensiblement le m√?¬™me r√?¬©sultat (entre 62 et 64 %32,33).

Institutions politiques | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : Politique en Bolivie.

La Bolivie est une r√?¬©publique parlementaire. Le pr√?¬©sident, √?¬©lu tous les 5 ans, est √?¬† la fois le chef d'√?¬?tat et le chef du gouvernement. Il nomme les ministres. Le parlement est form√?¬© par deux chambres : le S√?¬©nat, compos√?¬© de 27 si√?¬®ges, et la Chambre des d√?¬©put√?¬©s, compos√?¬©e de 130 si√?¬®ges.

La loi des groupes citoyens et peuples indig√?¬®nes, promulgu√?¬©e le 6 juillet 2004, a mis fin au monopole des partis politiques pour les principales √?¬©lections du pays. Elle autorise des groupes de citoyens (Agrupaciones ciudadanas) et les peuples indig√?¬®nes √?¬† pr√?¬©senter des candidats lors des scrutins municipaux, d√?¬©partementaux et nationaux.

Les neuf d√?¬©partements boliviens se sont vu accorder une autonomie accrue avec la loi de d√?¬©centralisation de 1995. Cette autonomie s'est encore accentu√?¬©e avec la loi, adopt√?¬©e sous le gouvernement Meza, instituant l'√?¬©lection des pr√?¬©fets √?¬† la t√?¬™te du d√?¬©partement. R√?¬©clam√?¬©e par les mouvements autonomistes des d√?¬©partements de l'ouest, cette r√?¬©forme a donn√?¬© lieu aux premi√?¬®res √?¬©lections pr√?¬©fectorales le 18 d√?¬©cembre 2005. Le MAS (Movimiento Al Socialismo) n'a obtenu que trois des neuf postes de pr√?¬©fets. L'opposition au pouvoir central s'est, depuis cette √?¬©lection, manifest√?¬©e au niveau administratif interm√?¬©diaire des d√?¬©partements, g√?¬©n√?¬©rant de vives tensions.

Les villes boliviennes sont dirig√?¬©es par des maires et des conseils √?¬©lus pour cinq ans. La derni√?¬®re √?¬©lection municipale a eu lieu le 5 d√?¬©cembre 2004.

La Bolivie fait partie de la Communaut√?¬© andine.

D√?¬©partements | modifier le code

D√?¬©partements de la Bolivie
D√?¬©partement Abreviation<br Population Surface (km√?¬≤) Densit√?¬© Capitale Bolivia departments en.svg
Flag of Bolivia.svg Bolivie BO 10.027.644 1.098.581 9.1 Sucre (Constitutional)
Flag of Beni.svg Beni BO-B 425.780 213.564 1.9 Trinidad
Flag of Chuquisaca.svg Chuquisaca BO-H 631.062 51.524 11.9 Sucre
Flag of Cochabamba.svg Cochabamba BO-C 1.938.401 55.631 22.7 Cochabamba
Flag of lapaz.svg La Paz BO-L 2.741.554 133.985 19.9 La Paz
Flag of Oruro.svg D√?¬©partement d'Oruro BO-O 444.093 53.558 8.2 Oruro
Flag of Pando.svg Pando BO-N 109.173 63.827 1.1 Cobija
Flag of potosi.svg Potos√?¬≠ BO-P 780.392 118.218 6.5 Potos√?¬≠
Flag of Santa Cruz.svg Santa Cruz BO-S 2.776.244 370.621 7.1 Santa Cruz de la Sierra
Flag of Tarija.svg Tarija BO-T 496.988 37.623 12.5 Tarija
Source: Demographic Projections 2008, Bolivian National Demographic Institute34. The departmental densitiy has been calculated with the population of 2006.

La Bolivie est divis√?¬©e en 9 d√?¬©partements.

G√?¬©ographie | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : G√?¬©ographie de la Bolivie.
Vue satellite de la Bolivie, on y distingue les Andes √?¬† l'ouest avec le salar d'Uyuni et le lac Titicaca.

La Bolivie est compos√?¬©e de deux r√?¬©gions g√?¬©ographiques bien distinctes. L'ouest est travers√?¬© par deux cordill√?¬®res d'orientations nord-sud qui bordent un vaste plateau, l'Altiplano, c'est dans cette r√?¬©gion que vit la majeure partie des Boliviens. La Cordill√?¬®re occidentale, aride, abrite quelques sommets majestueux comme le Nevado Sajama qui avec ses 6 542 m√?¬®tres est le point culminant de la Bolivie. Le haut plateau est bord√?¬© au nord-est par la Cordill√?¬®re Royale o√?¬Ļ l'on peut admirer entre autres le Nevado Illimani et l'Illampu et o√?¬Ļ s'abrite la ville de La Paz. Les massifs de la Cordill√?¬®re orientale abritent des vall√?¬©es humides et poss√?¬®dent des contreforts recouverts de for√?¬™ts.

√?¬? l'est s'√?¬©tendent de vastes plaines alluviales qui b√?¬©n√?¬©ficient d'un climat tropical. Le nord de ces terres basses appartient au bassin amazonien et est en grande partie recouvert de for√?¬™t. Plus au sud, les terres font partie du bassin du R√?¬≠o Paraguay, les terres y sont davantage d√?¬©frich√?¬©es.

Parmi les curiosit√?¬©s g√?¬©ographiques du pays, on peut citer le lac Titicaca, situ√?¬© √?¬† cheval entre le P√?¬©rou et la Bolivie qui est le plus haut lac navigable du monde. Sa vaste √?¬©tendue permet un microclimat cl√?¬©ment sur ses rives qui furent le berceau de la civilisation Tiwanaku ; le salar d'Uyuni, situ√?¬© √?¬† l'ouest du pays, sur le sud de l'Altiplano dans le d√?¬©partement de Potos√?¬≠, est la plus grande √?¬©tendue de sel au monde.

On peut aussi admirer la cordill√?¬®re Royale qui abrite de majestueux sommets enneig√?¬©s, le Parc des volcans, o√?¬Ļ l'on peut observer le Nevado Sajama et les Ba√?¬Īados de Izozog.

Parmi les grandes villes, on peut citer La Paz, en tr√?¬®s haute altitude, tr√?¬®s marqu√?¬©e par la culture Aymara, Sucre, surnomm√?¬©e le "Paris des Andes" pour ses richesses architecturales, Santa Cruz de la Sierra, la grande ville de l'orient bolivien, Cochabamba, ville carrefour, surnomm√?¬©e parfois le "Vatican des Andes".

Fronti√?¬®res terrestres | modifier le code

Types de paysage | modifier le code

On retrouve en Bolivie les paysages montagneux de la Cordill√?¬®re des Andes, mais aussi des paysages de plateau d'altitude, avec l'Altiplano. Au Sud, la "banquise de sel" offre un paysage lunaire. On y d√?¬©couvre aussi lagunes, volcans et canyons. Dans la r√?¬©gion de l'Oriente, au Nord-Est, un paysage de plaines d√?¬©bouche sur la for√?¬™t amazonienne, √?¬† la fronti√?¬®re avec le Br√?¬©sil35.

Climat | modifier le code

Le climat bolivien est subtropical : chaud et humide. Mais ses conditions climatiques sont vari√?¬©es en raison d'altitudes diverses. En haute altitude, comme dans les Andes, le climat est froid, sec et venteux alors qu'en plaine il est humide et plus doux. Les temp√?¬©ratures moyennes annuelles se situent entre 8 √?¬įC dans l'Altiplano et 26 √?¬įC dans les plaines orientales o√?¬Ļ elles varient peu tout au long de l'ann√?¬©e.

Les √?¬©carts thermiques peuvent √?¬™tre tr√?¬®s importants. Sur l'Altiplano √?¬† 4 000 m√?¬®tres d'altitude et √?¬† La Paz notamment, lors de la saison chaude (de novembre √?¬† mars) la temp√?¬©rature atteint facilement 19 √?¬įC au meilleur de la journ√?¬©e, puis chute au fil des heures, atteignant des valeurs n√?¬©gatives en soir√?¬©e. Dans les vall√?¬©es interm√?¬©diaires situ√?¬©es en moyenne √?¬† 2 500 m√?¬®tres d'altitude, comme la vall√?¬©e de Cochabamba, les temp√?¬©ratures moyennes sont de 18-19 degr√?¬©s. C'est ce qui donne la r√?¬©putation de √?¬ę printemps √?¬©ternel √?¬Ľ √?¬† cette r√?¬©gion. Les √?¬©carts diurnes-nocturnes sont encore plus grands ici, les temp√?¬©ratures peuvent √?¬™tre parfois l√?¬©g√?¬®rement n√?¬©gatives en hiver et atteignent 27 √?¬† 30 degr√?¬©s au meilleur de la journ√?¬©e (12h-16h). L'√?¬©t√?¬© cet √?¬©cart se r√?¬©duit √?¬† 14 et 30 degr√?¬©s. Dans la partie orientale le climat est subtropical. La pluviom√?¬©trie importante engendre une v√?¬©g√?¬©tation luxuriante. L'√?¬©t√?¬©, l'humidit√?¬© relative est tr√?¬®s haute, parfois m√?¬™me √?¬©touffante. L'hiver (juin-ao√?¬Ľt) est moins humide mais il est parfois rafra√?¬ģchi par des vents froids venus de la Patagonie appel√?¬©s surazos qui font chuter la temp√?¬©rature √?¬† 12 degr√?¬©s et le froid est plus p√?¬©n√?¬©trant √?¬† cause de l'humidit√?¬©.

√?¬?conomie | modifier le code

Article d√?¬©taill√?¬© : √?¬?conomie de la Bolivie.

La Bolivie a √?¬©t√?¬© longtemps l'un des pays les plus pauvres d'Am√?¬©rique latine. Elle a r√?¬©alis√?¬© de grandes r√?¬©formes lib√?¬©rales dans les ann√?¬©es 1990. Ainsi, le pr√?¬©sident Gonzalo S√?¬°nchez de Lozada (1993-1997) a notamment sign√?¬© un trait√?¬© de libre-√?¬©change avec le Mexique, et a adh√?¬©r√?¬© au Mercosur en tant que membre associ√?¬©. En outre, ce pr√?¬©sident a privatis√?¬© la compagnie a√?¬©rienne, l'entreprise de t√?¬©l√?¬©phonie, les chemins de fer, l'entreprise d'√?¬©lectricit√?¬©, ainsi que l'entreprise de p√?¬©trole.

La croissance du PIB a ralenti en 1999, en partie en raison d'une politique budg√?¬©taire d'aust√?¬©rit√?¬©. Ces restrictions frein√?¬®rent la mise en √?¬?uvre des programmes de lutte contre la pauvret√?¬©. Ce ralentissement s'explique aussi en partie par les retomb√?¬©es de la crise asiatique. Le PIB par secteur est de 10 % pour l'agriculture, 40 % pour l'industrie et de 50 % pour les services (2011).

En 2000, la croissance du PIB ne fut pas sup√?¬©rieure √?¬† 2,5 %. Le PIB n'a pas progress√?¬© en 2001 en raison du ralentissement de l'√?¬©conomie mondiale et de la faiblesse de l'activit√?¬© nationale. Le d√?¬©ficit public s'√?¬©levait √?¬† 8,6 % en 2002.

L√ʬ?¬?√?¬©conomie du pays d√?¬©pend beaucoup de l√ʬ?¬?aide apport√?¬©e par les pays √?¬©trangers. En particulier, les √?¬?tats-Unis participent en 2005 √?¬† 10 % du PIB de la Bolivie, dans le cadre du programme d√ʬ?¬?√?¬©radication de la coca car bien que la production globale ne soit pas connue officiellement, la Bolivie est consid√?¬©r√?¬©e comme le troisi√?¬®me fournisseur de feuilles de coca apr√?¬®s la Colombie et le P√?¬©rou36.

La dette ext√?¬©rieure de la Bolivie est pass√?¬© de 6.8 % en 2001 √?¬† 3.6 % en 2012.

L√ʬ?¬?importation de produits manufacturiers comprend l√ʬ?¬?importation de fer et acier, de produits chimiques, de machinerie et √?¬©quipements de transport, de textiles et de v√?¬™tements. Les importations proviennent principalement du Br√?¬©sil (40 %), des √?¬?tats-Unis (13,9 %), de la Colombie (8,7 %), du P√?¬©rou (6,3 %) et du Japon (4,5 %) (donn√?¬©es de 2004). Ses exportations vont principalement vers le Br√?¬©sil (33,9 %), les √?¬?tats-Unis (12,7 %), la Colombie (11,8 %), le Venezuela (11,6 %), le P√?¬©rou (5,1 %) le Japon (4,2 %) (donn√?¬©es de 2004)37.

Les principaux produits export√?¬©s sont le gaz naturel, le soja et ses d√?¬©riv√?¬©s, le p√?¬©trole, le zinc et l'√?¬©tain (l'exploitation mini√?¬®re en Bolivie (en) repr√?¬©sente en 2011 14 % du PIB et 74 % des exportations). La Bolivie d√?¬©tient derri√?¬®re le Venezuela les secondes r√?¬©serves de gaz naturel d'Am√?¬©rique du Sud (740 milliards de m√?¬®tres cubes, selon la compagnie p√?¬©troli√?¬®re BP)38. Durant pr√?¬®s de trente ans, l'Argentine √?¬©tait l'acheteur quasi-exclusif du gaz bolivien mais les ventes √?¬† destination du Br√?¬©sil sont en croissance rapide depuis 199939. L'un des probl√?¬®mes principaux que rencontre le pays pour nouer de nouvelles relations commerciales et exercer une totale souverainet√?¬© sur ses exportations d'hydrocarbures tient dans son enclavement, cons√?¬©cutif √?¬† la guerre du Pacifique contre le Chili.

Vingt-six compagnies gazi√?¬®res ou p√?¬©troli√?¬®res multinationales travaillent en Bolivie, dont :

Le 1er mai 2006, la Bolivie a nationalis√?¬© l'ensemble de son activit√?¬© p√?¬©troli√?¬®re, industrie qui sera g√?¬©r√?¬©e par la compagnie p√?¬©troli√?¬®re publique YPFB40.

Encore inexploit√?¬©es pour l'instant, le pays rec√?¬®lerait la moiti√?¬© des r√?¬©serves mondiales de lithium (70 % des r√?¬©serves √?¬©tant situ√?¬©es dans le √?¬ę triangle du lithium √?¬Ľ entre trois salars andins : le salar d'Atacama au Chili, le salar d'Uyuni en Bolivie et le salar del Hombre Muerto en Argentine41), √?¬©l√?¬©ment privil√?¬©gi√?¬© des batteries modernes, notamment dans le d√?¬©sert d'Uyuni42.

Des troubles sociaux, connus sous le nom de guerre de l'eau, √?¬©clat√?¬®rent en 2000 √?¬† Cochabamba en raison de la privatisation de la gestion de l'eau de la ville et en 2005 pour des raisons identiques √?¬† El Alto, dans la banlieue de La Paz.

D√?¬©mographie | modifier le code

√?¬?volution de la d√?¬©mographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.
Article d√?¬©taill√?¬© : D√?¬©mographie de la Bolivie.

La population de la Bolivie est √?¬©valu√?¬©e en 2013 √?¬† 10 461 053 habitants. Elle est compos√?¬©e √?¬† 55 % d'Am√?¬©rindiens r√?¬©partis en 40 groupe ethno-linguistiques (30 % Quechua et 25 % Aymara, 0,2 % Chiquitos (en) et Guaran√?¬≠), √?¬† 30 % de m√?¬©tis43, et √?¬† 15 % d'Europ√?¬©ens principalement d'origine espagnole et portugaise44 r√?¬©sidant dans les grandes villes et formant l'√?¬©lite politique et √?¬©conomique du pays45. Le taux de croissance de la population est de 3 %. Le taux de natalit√?¬© est de 22,31 pour mille et le taux de mortalit√?¬© infantile est de 49,09 pour mille. L√ʬ?¬?esp√?¬©rance de vie en Bolivie est de 66,53 ans. Le taux d√ʬ?¬?alphab√?¬©tisation est de 96,6 %46. En d√?¬©cembre 2008, la Bolivie fut d√?¬©clar√?¬©e comme √?¬©tant le troisi√?¬®me pays latino-am√?¬©ricain, apr√?¬®s Cuba et le Venezuela, √?¬† avoir vaincu l√ʬ?¬?analphab√?¬©tisme.

√?¬?ducation | modifier le code

La participation √?¬† l'√?¬©ducation de la population autochtone est inf√?¬©rieure √?¬† la moyenne47. Il y a des √?¬©coles maternelles47. La Bolivie a beaucoup d'√?¬©coles bilingues47.

Sant√?¬© | modifier le code

Les d√?¬©penses √?¬©taient de 6,6 % du PIB en 200648. Elles √?¬©taient √?¬† 204 $ par personne en 200648. L'esp√?¬©rance de vie √?¬©tait de 66 ans pour les hommes et de 70 ans pour les femmes en 201149.

Culture | modifier le code

La culture bolivienne a √?¬©t√?¬© fortement influenc√?¬©e par les Quechua, les Aymaras, ainsi que par la culture de l'Am√?¬©rique latine dans son ensemble.

Le d√?¬©veloppement culturel est divis√?¬© en trois p√?¬©riodes distinctes : pr√?¬©colombien, colonial et r√?¬©publicain. D'importants vestiges arch√?¬©ologiques, des ornements d'or et d'argent, des monuments de pierre, des c√?¬©ramiques, des tissages encore pr√?¬©sents aujourd'hui viennent de plusieurs cultures pr√?¬©colombiennes. On peut citer comme vestiges importants Tiwanaku ou Samaipata. Le pays regorge d'autres sites qui sont difficiles √?¬† atteindre et qui ont peu subi d'explorations arch√?¬©ologiques50.

Le sport national est le football, le baby-foot √?¬©tant aussi tr√?¬®s populaire.

Article d√?¬©taill√?¬© : Culture de la Bolivie.

Musique | modifier le code

La musique Bolivienne est riche et vari√?¬©e.Les instruments de musique utilis√?¬©s sont le sicus (fl√?¬Ľte de Pan), la quena, tarkas et quenacho (instruments √?¬† vent), le charango (petite guitare √?¬† dix cordes) et la guitare classique apport√?¬©e par les espagnols. Forte et authentique, la musique bolivienne est moins facile d'acc√?¬®s que bien d'autres musiques d'Am√?¬©rique latine plus frelat√?¬©es.

Article d√?¬©taill√?¬© : Musique bolivienne.

Codes | modifier le code

La Bolivie a pour codes :

Notes et r√?¬©f√?¬©rences | modifier le code

  1. √ʬ?¬? La Paz est la ville o√?¬Ļ si√?¬®ge le gouvernement, souvent consid√?¬©r√?¬©e comme la capitale administrative de facto de la Bolivie. Sucre est la capitale inscrite dans la Constitution ; la Cour Supr√?¬™me s'y trouve toujours.
  2. √ʬ?¬? https://www.google.com/publicdata/explore?ds=d5bncppjof8f9_&met_y=ny_gdp_mktp_cd&idim=country:BOL&dl=es&hl=es&q=pib%20bolivia
  3. √ʬ?¬? http://hdrstats.undp.org
  4. √ʬ?¬? Art. 5 CPE
  5. √ʬ?¬? "Sim√?¬≥n Bol√?¬≠var: A Life", par John Lynch, page 206, 2007 [1]
  6. √ʬ?¬? "Sim√?¬≥n Bol√?¬≠var: A Life", par John Lynch, page 205, 2007 [2]
  7. √ʬ?¬? "Brute New World: The Rediscovery of Latin America in the Early 19th Century", page 84, par Desmond Gregory [3]
  8. √ʬ?¬? Christian Rudel, La Bolivie, Karthala, Paris, 2006, p. 82.
  9. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 93.
  10. √ʬ?¬? Les conditions de vote (savoir lire et √?¬©crire, b√?¬©n√?¬©ficier d'un certain niveau de revenu) limit√?¬®rent par exemple en 1888 le corps √?¬©lectoral a 32 000 inscrits sur 1,7 million d'habitants. Rudel, La Bolivie, p. 110.
  11. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 96.
  12. √ʬ?¬? Christian Rudel, p. 99. Pas moins de 100 000 victimes sont √?¬† d√?¬©nombrer dont 65 000 du seul c√?¬īt√?¬© bolivien, Rudel, La Bolivie, p. 104.
  13. √ʬ?¬? Christian Rudel, La Bolivie, p. 97.
  14. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 111.
  15. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 112.
  16. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 114.
  17. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 118.
  18. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 123.
  19. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 126.
  20. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 133 et s.
  21. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 144.
  22. √ʬ?¬? Rudel, La Bolivie, p. 147.
  23. √ʬ?¬? Herv√?¬© Do Alto et Franck Poupeau, √?¬ę Affrontements autour de la nouvelle Constitution : √?¬ę R√?¬©volution hors la r√?¬©volution √?¬Ľ en Bolivie √?¬Ľ, Le monde Diplomatique,√ʬ?¬? F√?¬©vrier 2008, p. 18-19.
  24. √ʬ?¬? √?¬ę Evo Morales nationalise les hydrocarbures boliviens √?¬Ľ, Le Monde, 2 mai 2006.
  25. √ʬ?¬? Daniel Dory, √?¬ę Polarisation politique et fractures territoriales en Bolivie √?¬Ľ, H√?¬©rodote, 4e trimestre 2006, no 123, p. 82.
  26. √ʬ?¬? Ibid, p. 86.
  27. √ʬ?¬? AFP, √?¬ę Mobilisation internationale pour sortir la Bolivie de la crise politique √?¬Ľ, 5 avril 2008.
  28. √ʬ?¬? (es) √?¬ę Un pa√?¬≠s dividido aprueba la nueva CPE con el 58,7 % √?¬Ľ, La Raz√?¬≥n,√ʬ?¬? 2009-01-26 (lire en ligne)
  29. √ʬ?¬? √?¬ę Santa Cruz met la pression sur Morales √?¬Ľ, Le Soir, 6 mai 2008, p. 13.
  30. √ʬ?¬? √?¬ę La Bolivie risque d'√?¬©clater √?¬Ľ, La Presse, 15 mai 2008, p. A20.
  31. √ʬ?¬? √?¬ę http://www.vicepresidencia.gob.bo/Portals/0/documentos/Resultados%20Referendum%20Revocatorio%20-%202008.pdf √?¬Ľ (Archive √ʬ?¬Ę Wikiwix √ʬ?¬Ę Que faire ?). Consult√?¬© le 2013-04-08
  32. √ʬ?¬? Ipsos, http://www.la-razon.com/versiones/20080811_006361/nota_249_649342.htm
  33. √ʬ?¬? Non cit√?¬©, http://www.eldeber.com.bo/2008/2008-08-10/index.php
  34. √ʬ?¬? √?¬ę http://www.ine.gov.bo/cgi-bin/piwdie1xx.exe/TIPO?Grupo=0304&D2=6&D3= √?¬Ľ (Archive √ʬ?¬Ę Wikiwix √ʬ?¬Ę Que faire ?), novembre 2012
  35. √ʬ?¬? http://www.geo.fr/voyages/guides-de-voyage/amerique/bolivie
  36. √ʬ?¬? La Bolivie devient un narco-√?¬?tat, Alain Rodier, mars 2006
  37. √ʬ?¬? http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=BOL&codeTheme=1&codeStat=SP.URB.TOTL.IN.ZS
  38. √ʬ?¬? Chiffres de 2006. Cit√?¬© in Silvina Cecilia Carrizo et S√?¬©bastien Velut, √?¬ę L'√?¬©nergie dans le Mercosur √?¬Ľ, H√?¬©rodote, no 123, 4e trimestre 2006, p. 90.
  39. √ʬ?¬? Ibid, p. 102.
  40. √ʬ?¬? Am√?¬©rique latine: la fronde contre les compagnies p√?¬©troli√?¬®res s'intensifie - Le Devoir, 2 mai 2006
  41. √ʬ?¬? Sophie Avril, √?¬ę Le triangle du lithium : vers un nouvel Eldorado √?¬Ľ, sur L'expansion,√ʬ?¬? 2 f√?¬©vrier 2010
  42. √ʬ?¬? http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/10/07/les-ressources-limitees-de-lithium-pourraient-freiner-l-essor-des-voitures-electriques_1103972_3244.html Les ressources limit√?¬©es de lithium pourraient freiner l'essor des voitures √?¬©lectriques, Le Monde, 7 octobre 2008
  43. √ʬ?¬? Les Cholos (en) d√?¬©signent des m√?¬©tis bilingues d'origines indig√?¬®ne ou blanche.
  44. √ʬ?¬? Ces √?¬ę Blancs √?¬Ľ ont fini par d√?¬©signer aussi des Asiatiques voire des Afro-Boliviens (1,1 %) descendants des esclaves africains.
  45. √ʬ?¬? Joseph Yacoub, Les minorit√?¬©s en Am√?¬©rique latine et aux Cara√?¬Įbes, Descl√?¬©e de Brouwer,√ʬ?¬? 1998, p. 781-805
  46. √ʬ?¬? (en) http://www.alterinfos.org/spip.php?article3055
  47. √ʬ?¬? a, b et c http://www-wds.worldbank.org/external/default/WDSContentServer/WDSP/IB/2006/12/01/000011823_20061201120157/Rendered/PDF/350730BO.pdf
  48. √ʬ?¬? a et b http://www.who.int/countries/bol/en/
  49. √ʬ?¬? http://www.who.int/countries/bol/fr/
  50. √ʬ?¬? (en) Background Note: Bolivia, United States Department of State (consult√?¬© le 2006-10-17)

Voir aussi | modifier le code

Bibliographie | modifier le code

  • Jo√?¬ęlle Chassin et Denis Rolland (dir.), Pour comprendre la Bolivie d'Evo Morales, Paris, L'Harmattan, 2007.