Emporte-moi Que le vent gonfle la voile Et qu'à l'heure des étoiles Nous soyons très loin de tout Emporte-moi Que le flot berce mes rêves Et qu'à l'heure où tout s'achève Il ne reste...

Mais non, mais non ti ti pi di bi Mais non, mais non ti ti ti Mais non, mais non ti ti bi di bi Bi di bi di bi di bi di di di di Mais non, mais non ti ti pi ...

Ce film est de ma collection privée et est protégé par Copyright.Je publie seulement 3 minutes du film original qui dure 12'20''.Consultez d'autres archives ...

DBB chargement

1967

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1967 (MCMLXVII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1967, voir -1967. Pour les autres significations, voir 1967 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1964 1965 1966  1967  1968 1969 1970

Décennies :
1930 1940 1950  1960  1970 1980 1990
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements |

  • 10 mai (GATT) : accords de Genève abaissant de 35 % les tarifs douaniers de certains produits industriels.
  • 16 mai : fin du Kennedy Round dans le cadre du GATT : baisse des tarifs douaniers de 40 % pour 50 pays.

Afrique |

  • 13 janvier : coup d’État de Gnassingbé Eyadema au Togo.
  • 5 février : programme d’Arusha (Arusha Declaration) lancé par Julius Nyerere en Tanzanie pour le développement agricole. Il préconise une réforme de l’agriculture par la « villagisation » ; dans cette version du « socialisme à l’africaine », l’industrialisation devait être réalisée dans un second temps, grâce au profit du secteur primaire et sans recours à l’endettement extérieur. Le nombre de villages passe de 1 200 (500 000 habitants) en 1970 à 8 216 (13 905 000 habitants) en 1979.
  • 15 février : accord financier entre le Mali et la France.
  • 17 mars : le All People's Congress de Siaka Stevens remporte les premières élections générales en Sierra Leone.
  • 21 mars : coup d’État militaire en Sierra Leone.
  • 17 avril : création du Mouvement populaire de la Révolution, parti unique de la République démocratique du Congo, ensuite Zaïre, avec le Manifeste de la N'sele.
  • Avril1 : découverte de diamants à Orapa, au Botswana.
  • 5 mai2 : la persistance de sérieuses difficultés économiques au Mali, des accords passés en février avec la France, qui envisage la rentrée à terme du Mali dans l’Union monétaire ouest-africaine, entraînent une dévaluation de 50 % du franc malien, à un moment où la balance des paiements accuse un déficit de 7,5 milliards de francs maliens. La France s’engage à soutenir la monnaie malienne et le FMI consent un important crédit.
  • 30 mai : tentative séparatiste du Biafra, partie orientale du Nigeria. Les Ibo, dirigés par le général Ojukwu, proclament la sécession de la république du Biafra. Début d'une guerre de trente mois.
  • 4 - 10 juin : référendum constitutionnel congolais.
  • 24 juin : promulgation de la Constitution de la IIe République du Congo-Kinshasa, dite « Constitution révolutionnaire », définissant un État unitaire au régime présidentiel et un parlement monocaméral.
  • 5 juillet3 : révolte des mercenaires au Congo Léopoldville.
  • 6 juillet : guerre du Biafra. Le gouvernement fédéral du Nigeria réagit à la sécession du Biafra en déclarant la guerre et organise un blocus. La situation se complique par l’intervention de pays étrangers dont les ventes d’armes alimentent le conflit. Le Biafra est soutenu par la France, la Chine, Houphouët-Boigny et Nyerere. Des luttes sanglantes et la famine font plus d’un million de morts de 1967 à 1970.
  • 22 août (Mali)2 : le Président Modibo Keïta annonce la dissolution du bureau politique du parti unique et la saisie par le Comité de Défense de la Révolution de la totalité des pouvoirs (CNDR). La constitution est suspendue. La situation économique l'oblige à dévaluer le franc malien qui entraîne un mécontentement général.
  • 26 août : début de la guérilla en Namibie contre le pouvoir sud-africain, à la suite d'un accrochage entre la SWAPO et la police sud-africaine (fin en 1987). Elle fera plus de 20 000 morts dont 11 000 pour la SWAPO.
  • Septembre (Mali) : le Comité de Défense de la Révolution invite tous les cadres du pays à faire leur autocritique en leur adressant un questionnaire leur demandant ce qu’ils ont « fait de positif pour, de négatif contre, la révolution active ».
  • 1er décembre : création de la Communauté économique est-africaine réunissant la Tanzanie, l’Ouganda et le Kenya.
  • 11 - 20 décembre4 : deuxième Congrès international des africanistes à Dakar.
  • 21 décembre : coup d’État du lieutenant-colonel Alley contre Soglo au Dahomey (Bénin).
  • Fondation de l’Organisation sahraouie de Libération du Sahara dans le but d’obtenir l’indépendance.
  • Les Seychelles refusent l’indépendance.

Amérique |

  • La revue du ministère soviétique des Affaires étrangères, « Affaires internationales », écrit : « Stratégiquement, les Caraïbes forment une sorte d'Interland qui conditionne la stabilité des États-Unis et leur liberté d'action dans d'autres parties du monde. »
Articles détaillés : 1967 au Canada et 1967 au Québec .

États-Unis |

21 octobre : manifestation contre la guerre du Viêt Nam devant le Pentagone
  • Johnson institue le busing, procédé consistant à conduire tous les matins des enfants noirs dans des écoles blanches de quartier éloignés et vice-versa.
  • Le budget de la défense atteint 70 milliards de dollars.
  • 13,7 milliards de dollars sont affectés aux dépenses sociales.
  • 3 millions de chômeurs (3,7 % de la population active)
  • 298 filiales de banques américaines à l’étranger (124 en 1960).
  • 400 000 hommes au Vietnam. 15 000 soldats américains morts en Indochine. La guerre coûte 20 milliards de dollars par an.
  • Andy Warhol peint Marylin, neuf tableaux peints de couleurs différentes.

Océanie et Pacifique |

  • 27 mai : référendum pour les droits civiques aux Aborigènes d'Australie. 90,7 % des votants approuvent la prise en compte des Aborigènes dans le recensement national et autorisent le gouvernement fédéral à légiférer sur les questions aborigènes à la place des différents États.
  • 10 août : les Aborigènes d'Australie obtiennent le droit de vote. Toutefois, ils restent en curatelle fédérale.

Asie |

  • Disgrâce du secrétaire général du Parti communiste chinois Deng Xiaoping pendant la révolution culturelle. La protection de Mao Zedong lui permet de s’en tirer avec un exil dans une usine de tracteurs, alors qu’un de ses fils, défenestré, reste handicapé.
  • Les relations sont rétablies entre le Pakistan et l’Afghanistan.
  • Inde : des scientifiques américains ont démontré que certaines semences mexicaines pourraient augmenter considérablement la production. Les premières semences sont importées en quantité à partir de 1967. La récolte de céréales passe de 10 à 12 millions de tonnes en 1964 à 20 millions en 1969. L’Inde acquiert son indépendance alimentaire.

Proche-Orient |

5-10 juin : guerre des Six Jours. Tranchée près de Jérusalem (Ammunition Hill, le 6 juin)
  • Avril : la Syrie réplique aux opérations de représailles israéliennes contre les commandos palestiniens en bombardant les implantations israéliennes de la frontière. Le 7 avril : Israël lance un raid dans la région du lac de Tibériade, détruisant une partie de l’aviation syrienne. Les Israéliens menacent Damas et concentrent des forces à la frontière syrienne (mai).
  • 15 mai : Nasser ordonne alors à l’armée égyptienne de prendre position dans le Sinaï.
  • 16 mai : l’Égypte demande le retrait des forces onusiennes de Gaza et de la région du golfe d’Akaba. Des unités palestiniennes placées sous le commandement arabe occupent la bande de Gaza dès le retrait de la force internationale de l’ONU.
  • 19 mai : Israël décrète la mobilisation générale.
  • 22 mai : le président Nasser fait fermer le golfe d’Akaba, seule voie d’accès à la mer Rouge par Israël, ce qui constitue pour cette dernière un casus belli.
  • 30 mai : signature d’un pacte de défense égypto-jordanien auquel se joindra l’Irak le 4 juin. Le chef du gouvernement israélien, Levi Eshkol, espère régler la tension par voie diplomatique mais les militaires (Ygal Allon, Yitzhak Rabin) sont favorables à la guerre et ont le soutien de David Ben Gourion, Shimon Peres et Moshe Dayan.
  • 1er juin : un gouvernement d’union nationale est formé en Israël. Moshe Dayan prend le portefeuille de la défense et la droite israélienne entre dans le gouvernement (Menahem Begin). La solution militaire est adoptée. La guerre des Six Jours commence (5 juin).
  • 4 juin : attaque aérienne israélienne contre la Syrie et la Jordanie.
  • 5 - 10 juin : guerre des Six Jours (troisième guerre israélo-arabe). De Gaulle bloque l'approvisionnement d'Israël en armes.
    • Le chef du gouvernement du Liban, le sunnite Rachid Karamé, demande l’intervention de l’armée libanaise en Palestine. Les chefs maronites de l’armée refusent, créant une scission entre chrétiens et musulmans libanais sur la question palestinienne.
    • Nasser chasse les derniers Juifs d’Égypte.
  • 5 juin :
    • L’aviation israélienne attaque les aéroports égyptiens. L’aviation est détruite. L’armée israélienne occupe la bande de Gaza.
    • Les États arabes producteurs décrètent l’embargo des livraisons de pétrole vers les pays soutenant l’action israélienne (fin le 1er septembre).
  • 6 juin : l’armée israélienne envahit le Sinaï. Les forces égyptiennes ne sont pas préparées aux mouvements de grande envergure et le front égyptien est percé. Les forces égyptiennes se replient sur le canal de Suez.
  • 7 juin : la résistance égyptienne s’effondre. Jérusalem et la Cisjordanie sont conquises par Israël.
  • 8 juin : l’armée israélienne atteint le canal de Suez. Le soutien aérien a été fondamental dans la victoire israélienne. Les opérations ont causé la mort de 10 000 égyptiens et la destruction de la plus grande partie du matériel militaire.
  • 9 juin :
    • Nasser annonce publiquement sa démission. De gigantesques manifestations réclament son retour. Il accepte de revenir. Le général Abdel Hakim Amer, chef de l’État-major, est démis de ses fonctions ainsi que les principaux généraux. Amer tente d’organiser un complot contre Nasser mais est arrêté en août.
    • Israël attaque le plateau du Golan. La résistance syrienne d’abord très dure s’effondre le lendemain et se replie sur Damas.
  • 10 juin : le cessez-le-feu israélo-syrien marque la fin de la « guerre des Six Jours ».
    • La Jordanie a perdu 6 000 hommes et 30 000 blessés sur une armée de 50 000 hommes contre 300 morts et 1 400 blessés du côté israélien.
    • 120 000 Syriens fuient ou sont expulsés du Golan dans les six mois. Seul les 7000 Druzes du plateau sont autorisés à y demeurer. La conquête du Golan sert les ambitions israéliennes dans la maîtrise des eaux.
  • 16 juin : sommet de Glasboro entre Johnson et Kossyguine. Les États-Unis définissent leur position : la responsabilité de la guerre est due à la fermeture du golfe d’Akaba par Nasser, les États-Unis n’exerceront aucune pression sur Israël hors du cadre d’un règlement général de la question, reposant sur cinq principes (droit de reconnaissance de l’existence de toutes les nations, justice pour les réfugiés, libres circulations des voies maritimes internationales, limitation de la course aux armements, indépendance et intégrité nationale de toutes les parties).
  • 27 juin : la partie est de Jérusalem est annexée à l’État hébreu.
  • Juin : Nasser demande un accroissement de l’aide soviétique et accepte la présence de militaires et de conseillers, afin de neutraliser le territoire égyptien contre toute attaque israélienne et reconstituer son potentiel militaire. Le Ve Eskadra, la flotte de guerre soviétique en Méditerranée, double ses effectifs fin juin. Nasser charge l’Union soviétique de représenter l’Égypte dans les négociations de paix.
  • 1er août : ouverture à Khartoum de la réunion des ministres des Affaires étrangères arabes. L’Égypte propose le retrait des forces égyptiennes du Yémen en échange de la formation d’un front arabe uni contre Israël. Nasser espère obtenir une aide financière des pays pétroliers pour reconstituer son armée.
  • 15 août : les ministres du pétrole arabe décident de soumettre la question de la levée de l’embargo au sommet de Khartoum.
  • 29 août : ouverture du IVe sommet Arabe de Khartoum, qui réunit huit chefs d’États arabes, en l’absence de la Syrie. Nasser et Fayçal parviennent à s’entendre. L’Égypte confirme son évacuation du Yémen du Nord, l’embargo pétrolier est levé, 20 % des revenus pétroliers seront versés au pays arabes de la ligne de front avec Israël. Khartoum scelle la réconciliation entre régimes progressiste et conservateurs. C’est la fin de l’antagonisme égypto-saoudien.
  • 1er septembre : fin de la conférence de Khartoum. Résolution de Khartoum : Les pays Arabes s’engagent à ne pas reconnaître Israël et à ne pas négocier ni conclure de traité de paix. Ils proclament que les États occupés par Israël sont arabes et la tâche de les récupérer incombe à tout État arabe.
  • 5 novembre (Yémen du Nord) : Les modérés yéménites renversent le régime, mais doivent faire face aux royalistes qui assiègent Sanaa à partir de décembre. Ils échouent finalement et se retirent.
  • 22 novembre : résolution 242 (1967) du Conseil de sécurité des Nations unies prévoyant le retrait d'Israël des territoires occupés en échange de la reconnaissance de tous les États de la région, cessation de l’état de belligérance entre Israël et les Arabes, respect de la reconnaissance de l’intégrité territoriale de tous les États de la région, liberté de navigation sur les voies d’eau internationales, règlement de la question des réfugiés, création de zones démilitarisées. L’Égypte, le Liban et la Jordanie acceptent la résolution. La Syrie et les Palestiniens refusent. Israël interprète le texte dans sa version anglaise : retrait de « territoires occupés » et non « des territoires occupés ».
  • 30 novembre : le Yémen du Sud, ex-protectorat britannique, accède à l'indépendance. Les Britanniques cèdent le pouvoir à un Front National de Libération (cf. 1970). La fragilité de la région s’accroît. Le régime sud-yéménite est menacé par une guérilla organisée par les forces pronassériennes et les forces de tendance marxiste.
  • Novembre9 : Abou Dabi adhère à l’OPEP.
  • 11 décembre10 : le MNA devient le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), toujours sous la direction de Georges Habache. En 1968, il se scinde en plusieurs courants. Création de la Sa'iqa (foudre), branche militaire du Baath syrien, qui veut libérer la Palestine par son intégration à la Syrie.
  • 24 décembre : Shuqayri démissionne de la direction de l’OLP, discréditée par la guerre. Yahya Hammouda lui succède.
  • Les territoires occupés (Cisjordanie et Gaza) sont peuplés d’un peu plus d’un million d’Arabes dont la moitié sont des réfugiés de 1948. 200 000 personnes fuient vers la Jordanie. Le nombre total de réfugiés Palestiniens est de 1,3 million contre 960 000 en 1950, dont 600 000 en Jordanie.

Europe |

France |

Article détaillé : 1967 en France.

Italie |

Article détaillé : 1967 en Italie.

Suisse |

Article détaillé : 1967 en Suisse.

Chronologies thématiques |

Arts et culture |

Religion |

  • 28 mars : encyclique Populorum progressio. Paul VI déclare que « la question sociale est devenue mondiale » et que « le développement ne se réduit pas à la simple croissance économique », il doit être intégral ; c’est « le nouveau nom de la paix ». Pour diffuser ce message, il entreprend de nombreux voyages.
  • 25 juillet : en voyage à Istanbul, Paul VI rencontre le patriarche Athénagoras, chef de l'Église orthodoxe de Constantinople, afin de développer l'œcuménisme.

Naissances en 1967 |

Voir la catégorie : Naissance en 1967.

Décès en 1967 |

Voir la catégorie : Décès en 1967.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références |